Toulouse Féminin, l’excellence en point de mire

  • Toulouse Féminin, l’excellence en point de mire Toulouse Féminin, l’excellence en point de mire
    Toulouse Féminin, l’excellence en point de mire
Publié le , mis à jour

Deux ans seulement après sa création, l’équipe de David Gérard et Gérard Bétous poursuit sa croissance et sa quête d’excellence.

L’adage est valable pour toutes les strates du club. Le Stade toulousain est en quête perpétuelle d’excellence. Ainsi, quand il décide, sous l’impulsion de l’ancien international David Gérard, de lancer une section féminine en son sein, c’est pour tutoyer très vite les sommets. Le Stade toulousain se laisse jusqu’à l’horizon 2020 pour placer son équipe féminine sur le toit de la catégorie. La saison passée, pour leur première saison en Top 8 (le plus haut niveau), les Haut-Garonnaises ont atteint les demi-finales, tandis que les jeunes ont cartonné dans leurs catégories respectives : les cadettes sont devenues championnes de France et les espoirs ont perdu en finale ! L’équipe première progresse sortie après sortie et la stratégie s’oriente vers la formation. Jeu de mains, jeu de Toulousains. La célèbre maxime doit aussi s’appliquer aux filles et le club se propose d’inculquer cette philosophie aux jeunes filles le plus tôt possible afin de maximiser leurs chances d’atteindre le plus haut niveau.

Deuxièmes du Top 8

Appartenir au Stade toulousain, c’est avoir la chance de faire partie d’une institution et bénéficier de quelques « extras » assez exceptionnels. Ainsi, depuis le début de la saison, les filles ont vu plusieurs joueurs de l’effectif pro venir dispenser des cours afin de développer la technique individuelle. L’écrin du complexe Ernest-Wallon est aussi fort agréable pour travailler, avec pelouse synthétique accessible pour les féminines qui bénéficient de conditions rêvées pour développer leurs capacités. Et cela paie, puisque les filles entraînées par Pierre Marty et Philippe Gleyze viennent de disposer de Bobigny (18-7), signant là leur sixième victoire de la saison. De quoi s’approprier la deuxième place du championnat, juste avant les fêtes.

De manière anecdotique, elles viennent de passer devant Blagnac-Saint-Orens, actuel troisième et référence du rugby féminin en Midi-Pyrénées. Est-ce à dire que les Toulousaines sont en passe de supplanter leurs voisines ? L’avenir le dira. Une chose est certaine, le Stade toulousain féminin est, plus que jamais, en avance sur les temps de passage qu’il s’est fixé.

Par David Bourniquel

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?