• Saint Gaudens XIII, le promu prend ses marques
    Saint Gaudens XIII, le promu prend ses marques
Publié le / Modifié le
Rugby à XIII

Saint Gaudens XIII, le promu prend ses marques

Promu à l’intersaison, le club commingeois fait mieux que se défendre avec un effectif très juvénile.

Dans un passé pas si lointain, un promu était considéré comme le maillon faible, promis très souvent à l’ultime place. En deux mots, une victime expiatoire. On se souvient du calvaire de Lescure, Montpellier ou Carpentras. Cette année, le promu, Saint-Gaudens, fait une entorse à cette idée reçue et réalise un début de championnat très acceptable. Lors du Magic week-end, à Perpignan, les Commingeois ont marqué leur retour en élite 1 par une très flatteuse victoire aux dépens de la réserve toulousaine (16-10). Trois semaines plus tard, à domicile, ils ont doublé la mise face à ces mêmes Toulousains (31-24).

à ce jour, ils occupent la septième place avec un capital de huit points. Un premier bilan qui n’est pas fait pour déplaire au président, Gilles Dumas. « Sincèrement, ce début de championnat est encourageant sachant que seulement deux joueurs (Quentin Henrion et Damien Watsjer) ont joué en élite. Le reste du groupe est constitué de joueurs d’élite 2 et de nos juniors. Honnêtement, nous ne pouvons pas faire la fine bouche même si nous n’avons remporté que deux matchs. Nous avons une petite déception, celle d’avoir manqué le coche lors de notre premier match à domicile face à Villeneuve. Nous nous inclinons (14-10) alors que nous avions le match en mains. C’est le seul regret de cette première moitié de championnat. Nous ne nous sommes pas vraiment fixés d’objectif. Nous tirerons les conclusions en fin de saison. »

Plus petit budget du championnat

Les dirigeants saint-gaudinois ont, pour ainsi dire, relevé un sacré défi en acceptant d’intégrer l’élite avec le plus petit budget (estimé à 400 000 €) et un effectif très jeune qui rivalise avec Saint-Estève-XIII catalans et Toulouse Broncos (environ 23 ans de moyenne d’âge). « Nous aurions pu évoluer une année supplémentaire en élite 2. Mais nous sommes représentés dans toutes les catégories d’âge et même chez les féminines. Il fallait donc postuler à l’élite car Saint-Gaudens se doit d’être en élite 1 », ajoute Gilles Dumas.

Quoi qu’il en soit, Saint-Gaudens reste une place historique du mouvement treiziste avec un total de sept consécrations nationales (quatre titres de champion, trois Coupes de France). De plus, cette année, le public retourne avec plaisir au stade Jules-Ribet même si l’équipe fanion est encore en phase de construction. à l’avenir, il devrait venir en plus grand nombre après la belle victoire face à la réserve des Dragons (20-10).

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir