Canton d’ Alban, promesses d’automne

  • Canton d’ Alban, promesses d’automne
    Canton d’ Alban, promesses d’automne
Publié le , mis à jour

Le représentant tarnais est, à l’issue de la phase aller, le numéro 1 de l’élite régionale. Pour certains, c’est une suprise. Au sein du club c’est le travail qui est récompensé.

Alban, un patelin de la campagne tarnaise, au creux de la vallée du Dadou, à trente kilomètres d’Albi. Un village rural qui abrite moins de 1 000 âmes. Au sein de cette localité, bien sympathique et paisible, il y a une association sportive qui fait la fierté de tous les villageois : l’Union sportive du Canton d’Alban qui, cette année, va fêter son cinquantenaire. En cinq décennies d’histoire, il y a une équipe que personne n’a oubliée, celle de 1975. Cette année-là, l’USCA avait connu la joie d’une double consécration : le titre régional de Quatrième Série décroché face aux Racing Club toulousain (18-3) et celui de champion de France face aux Charentais de Ruelle (19-0). Plus près de nous, le club a évolué en Fédérale 3 jusqu’en 2011 où les fourches caudines de la réforme fédérale l’ont renvoyé en championnat territorial alors qu’au terme de la saison, il avait obtenu une brillante sixième place.

Le village gaulois

Cette année, l’équipe fanion coachée par les deux Cyril, Mercadier et Ricardo, et Guillaume Libourel, brille de mille feux au sein de l’élite régionale. Dimanche dernier, lors de la réception de Bressols, elle a décroché son huitième succès en neuf rencontres. à la faveur de ce succès, les Tarnais ont conforté la première place de leur poule. De plus, ils ont également le leadership des deux poules confondues, en devançant La Vallée du Girou, Tarascon ou Saint-Girons, des formations particulièrement chevronnées.

Dans l’univers du rugby amateur, certains disent que « c’est une surprise ». En revanche, le président Jérôme Saunal préfère tordre le cou à cette affirmation : « Ce groupe récolte les fruits de son investissement et de son travail. C’est une équipe jeune (même pas 25 ans de moyenne d’âge) qui a souffert. Il y a deux ans, elle devait descendre en Promotion Honneur. Finalement, le forfait général de Montréjeau nous a permis de nous maintenir. L’an dernier, cette même équipe a manqué de peu la qualification. En fin de saison, elle a remporté la Coupe des Pyrénées. Cette consécration lui a permis de gagner en confiance et en maturité. Les résultats actuels ne sont pas le fruit du hasard. C’est l’éclosion d’un groupe dont 80 % de l’effectif est issu de la formation du club. »

Légitimement, la qualité des résultats pourrait laisser envisager une accession en Fédérale 3. Or, au sein de la structure, on préfère garder les pieds sur terre. « La Fédérale 3 n’est pas à l’ordre du jour. Une montée implique une hausse du budget, un renforcement de l’effectif. Pour un club comme le nôtre, ça demande réflexion, renchérit le président. Nous sommes un village gaulois, nous fonctionnons avec les joueurs que nous formons. Mais ce qui nous motive davantage, c’est la phase éliminatoire du championnat territorial. » Pour son cinquantenaire, l’USCA apprécierait de soulever le très prisé bouclier d’Honneur. La génération actuelle serait flattée de venger ceux de la classe 2000 qui s’était inclinée en finale à Graulhet, face à Carmaux. à Alban, on espère que les promesses de l’automne se transformeront en un printemps radieux.

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?