Nagusa : « Je serai tout neuf dimanche ! »

  • Nagusa : « Je serai tout neuf dimanche ! »
    Nagusa : « Je serai tout neuf dimanche ! »
Publié le

Après avoir défrayé la chronique pendant de longues semaines à cause de son retour au club avec soixante-sept jours de retard, le Fidjien Timoci Nagusa fait à nouveau parler de lui sur les terrains. Auteur d’un essai de grande classe au Stade Français et d’un doublé à Grenoble, ce finisseur hors-norme revient à son meilleur niveau. Avant de disputer son premier match de Champions Cup cette saison, dimanche à l’Altrad Stadium face à Castres.

Votre performance personnelle majuscule à Grenoble confirme-t-elle votre retour en grâce ? 

Est-ce que je suis de retour ? Je suis de retour depuis quatre semaines ! Mais oui, je me retrouve, je suis heureux. Je reprends mes habitudes, mon rythme normal : les entrainements, les matchs... Tout est pardonné, c'est la vie. On vit, on apprend.

 

Vous faîtes référence à votre arrivée avec soixante-sept jours de retard cette saison sur laquelle vous vous êtes déjà expliqué dans nos colonnes. Aujourd’hui, pensez-vous devoir faire à nouveau vos preuves au MHR ?

Je ne pense pas devoir faire mes preuves, parce que ça fait longtemps que je suis au club, six ans. Parfois, on traverse certaines choses, je devais le faire. Ce n'est pas une question de faire mes preuves, mais plutôt de retrouver mes marques et prendre du plaisir. 

 

La belle prestation de l’attaque héraultaise à Grenoble a-t-elle un lien direct avec votre apport dans le jeu ?

Je ne peux pas vous dire que mon retour correspond avec le regain de forme de l'attaque de l'équipe. C'est un effort collectif ! 

 

Dimanche face à Castres, vous allez jouer pour la première fois avec Nemani Nadolo sous les couleurs de Montpellier. Impatient ?

J'ai déjà joué avec Nemani en sélection nationale, mais j'ai hâte de jouer à ses côtés avec Montpellier. Je vais trainer autour de lui pour qu'il me fasse des passes après contact ! C'est un immense joueur. L'avoir avec nous ne peut être qu'un plus pour l'équipe. Et avoir un autre Fidjien dans la ligne, c'est bien pour moi, on peut discuter en Fidjien. Je ne parle pas encore Afrikaans, mais j'y travaille (rires, NDLR) ! Nemani, c'est vraiment un costaud, moi je suis le tout petit qui fait ce qu'il peut !

 

Cette nouvelle concurrence vous effraie-t-elle ? 

Je suis heureux qu'il y ait désormais de nombreux ailiers, ça va me permettre de me reposer plus souvent. Mais Nemani et moi, on ne joue pas du même côté, donc on va pouvoir jouer ensemble, c'est sympa. Que l'un de nous joue au centre pourrait également être une option, dont on parlera peut-être avec le staff. 

 

Montpellier est-il en train de retrouver progressivement ce jeu de mouvement qui faisait sa force par le passé ? 

Si vous regardez notre saison 2010-2011, c'est celle où Montpellier jouait le rugby le plus enthousiasmant en Top14, un rugby de mouvement. C'est le jeu que pratique la Nouvelle-Zélande, celui que nous jouions, et celui auquel nous sommes en train de revenir. Chaque entraineur a son style, mais on peut adapter. Ce que je pouvais faire avec Fabien (Galthié, NDLR), j'apprends à le faire dans le système de Jake (White, NDLR). Je crois qu'il y a de la place pour l'improvisation dans le rugby moderne. En revanche, le rugby commence à perdre de sa dureté et on ne pourra bientôt plus plaquer avec ces règles !

 

Avec soixante et un essais marqués sous les couleurs du MHR en six saisons et demie, pensez-vous être un des trente meilleurs joueurs de l’histoire du club ? 

Si je suis un des trente meilleurs joueurs de l'histoire de Montpellier ? (Rires, NDLR)) C'est la vie ! (en référence à son absence sur le maillot collector du club et son incompréhension exprimée sur les réseaux sociaux où il s’est fait recadrer par le club, NDLR).  Je suis simplement là pour jouer le mieux possible. Et quand je m'en irai, j'espère que les gens se souviendront de moi, même si mon nom n'était pas sur le maillot. 

 

Réservez-vous une surprise au public de l’Altrad Stadium pour le match de Champions Cup face à Castres ? 

Je serai tout neuf dimanche ! Je vais me raser et me couper les cheveux. J'y pensais hier soir, et je me suis dit que j'avais tout le temps de me faire pousser la barbe quand je serai vieux. Pour l'instant, je peux encore avoir l'air jeune. C'est dommage, je suis plus rapide avec la barbe !

 

Propos recueillis par Julien LOUIS

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?