Dax, la parabole du verre d'eau...

  • Dax, la parabole du verre d'eau...
    Dax, la parabole du verre d'eau...
Publié le

Connaissez-vous l’allégorie du demi-verre d’eau ? Il est intéressant de proposer à plusieurs personnes ce qu’elles interprètent en voyant un demi-verre d’eau. Les observations peuvent être classées en plusieurs catégories. Je vous propose d’appliquer cette figure de rhétorique à l’actualité de l’US Dax.

1ere catégorie : Le pessimiste :

A la vision d’un demi-verre d’eau, le pessimiste va conclure à la présence d’un verre à moitié vide. Cette interprétation de ce qu’il manque, créer l’angoisse ou l’inconfort. Le regard est généralement figé sur ce qui est absent. D’un point de vue rugbystique, le pessimiste dira de l’US Dax, qui vient d’enchainer cinq défaites de rang, qu’elle offre une image plutôt préoccupante. Cette équipe, rescapée chronique d’un championnat de Pro D2 intraitable, semble se trouver à sa place dans les tréfonds du classement. Avec des moyens limités, l’US Dax est en train de subir une logique identique aux années précédentes. Les derniers déplacements ont été peu convaincants. Il est donc facile d’imaginer que, pour ce déplacement à Carcassonne, les landais vont confirmer cette sensation de manque. Si l’on ajoute à cela, un constat plutôt radical des dernières confrontations entre les deux clubs…. La messe est dite et le verre est bel et bien à moitié vide ! 

 

2ième catégorie : L’optimiste :

Devant ce même demi-verre d’eau, l’optimiste va plutôt en déduire qu’il est face à un verre à moitié plein. Il entrevoit ainsi  ce qu’il y a de présent plutôt que ce qu’il manque. Revenons à nos moutons ovales. Bien que sauvés de justesse, les dacquois ont pu travailler sereinement et préparer cette saison d’une manière bien plus constructive. Le très bon début de saison le confirme. Même si il est numériquement fragile, ce groupe a laissé entrevoir de belles choses au cours des deux premiers mois. Solides en conquête, bien en place défensivement et ambitieux en attaque, les dacquois ont surpris les observateurs qui leur prédisaient le pire. Les aléas d’une saison, influent sur les résultats et la cohésion. Les résultats actuels rappellent juste que rien n’est linéaire dans la vie, comme dans le rugby. Rien n’est linéaire, mais rien n’est immuable non plus. Avec le retour de certains cadres et l’investissement de tous, les joueurs dacquois peuvent s’autorisent à croire qu’ils sont de nouveaux capables de renverser les montagnes. Quoi de mieux, que de commencer pas la bête noire. Carcassonne ne réussit pas aux dacquois. Tant mieux ! Il n’y a pas d’autre alternative que d’affronter cette citadelle ! Ce verre à moitié plein laisse entrevoir ce qui a déjà été accompli. Il laisse également la place à ce qui peut et doit être accompli à l’avenir. Ce n’est pas du vide, c’est de la place…

 

3ième catégorie : Les autres :

La dernière catégorie, regroupe les intellectuels, les technocrates ou même les scientifiques.  Ceux qui analysent l’observation expérimentale par ce constat : le verre est deux fois trop grand ! Le rapprochement rugbystique se tente. Que peut représenter un verre deux fois trop grand ? Un renversement de situation impossible pour cette équipe.  Un championnat beaucoup trop dur pour un club comme Dax. Une course infernale à la taille du verre. Un constat qui écarte des clubs au volume de liquide trop faible… Ou peut-être l’idée que le flacon compte bien plus que l’ivresse…

 

Les trois observations sont toutes justes. Le verre est effectivement soit trop grand, soit à moitié plein ou à moitié vide. C’est une question de point de vue.

A ce moment de la saison, aucunes d’entre elles n’est plus vraie qu’une autre… Le prochain match et plus largement les prochains résultats, confirmeront si il est bon d’être optimiste ou pessimiste pour cette équipe de Dax. 

A moins que le troisième point de vue, donne un avis final au destin des rouges et blancs… 

 

Par Laurent Travini

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?