Chambéry, le nouveau rempart

  • Chambéry, le nouveau rempart
    Chambéry, le nouveau rempart
Publié le , mis à jour

En obtenant deux succès consécutifs, Chambéry a fait son trou dans le milieu du classement. Un succès contre Nevers confirmerait son nouveau statut dans la division.

La victoire de Massy obtenue la semaine dernière sur son terrain de Jules-Ladoumègue contre Nevers, parce qu’elle a été acquise dans la difficulté, a alimenté la logique selon laquelle, quand ils sont opposés entre eux, les prétendants à la montée en Pro D2 l’emportent à domicile de façon presque mécanique. Selon cette logique, la première place promotionnelle reviendra à celui qui parviendra à tirer le maximum de points hors de ses bases. Le terrain de Limoges étant resté imprenable pour Bourg-en-Bresse, Nevers et Massy - il reste encore Aix-en-Provence - celui de Chambéry fait partie de ces lieux qui pourraient donner l’avantage à ceux qui le « violeraient ». Le déplacement ce week-end de Nevers en Savoie est donc l’un des tournants de la saison. Les Nivernais font face ici à un grand défi.

Deux jeux de mouvement opposés

Les Chambériens de Michel Ringeval se trouvent dans une très belle dynamique. Elle est si belle, et si grande est la confiance qu’ils tirent de leurs prestations séduisantes, qu’ils avaient décidé de forcer leur destin en demandant que soit rejoué leur match nul subi à domicile contre Tarbes

(25-25). Ils ont obtenu gain de cause, après avoir porté réclamation contre le retour prématuré sur leur pelouse du pilier Brison, seulement quatre minutes après son expulsion temporaire. Ils veulent transformer ce score de parité en succès et creuser leur route vers la qualification. Quinze jours après cette démarche administrative, leur volonté avait été rehaussée par leur large victoire obtenue sur le terrain d’Aubenas-Vals (17-33). Et comme ils s’étaient déjà imposés à Romans-sur-Isère, les Chambériens, avec ce total de deux succès à l’extérieur - seul le coleader nivernais a fait aussi bien - et cette réserve de points « tarbaise », sont devenus des prétendants naturels aux demi-finales.

Dans l’absolu, avec le scénario favorable d’un succès contre Tarbes, ils sont à créditer de 27 points, juste derrière la cinquième place de Limoges. Ils ont jailli d’un coup depuis le fond du tableau. « Je suis assez admiratif. Je pense qu’ils proposent le plus beau jeu de ligne de la division », les loue le manager nivernais, Xavier Péméja, qui vient de les inspecter pendant une semaine à la vidéo. « Je suis assez content de ce que nous produisons depuis le début de saison, commente Michel Ringeval. La différence depuis quelques semaines, c’est que nous sommes parvenus à régler cette défaillance des dix dernières minutes, qui nous avait coulés à Aix-en-Provence et à Massy. » En confirmant cette nouvelle disposition, en tenant tête au coleader nivernais, cette force montante embrouillerait un peu plus les cartes de ce championnat, que personne ne semble pouvoir dominer.

Par Guillaume Cyprien

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?