Auch, basculer dans le bon tempo

  • Auch, basculer dans le bon tempo
    Auch, basculer dans le bon tempo
Publié le , mis à jour

Les Gersois se déplacent à Massy pour essayer de garder espoir dans la course à la qualification dans cette impitoyable poule élite.

On se souvient du soir de la descente des Auscitains du Pro D2 à la Fédérale 1. Ce 3 mai 2014 de triste mémoire où les Gersois, battus à Dax (14-11) se voyaient propulsés à l’étage inférieur par la victoire bonifiée de Carcassonne à Bourg-en-Bresse. Une fatalité terriblement logique pour ce club qui faisait alors figure d’exception dans le rugby professionnel, parvenant à survivre avec le plus petit budget des trente clubs pros (2,3 millions d’euros à l’époque). On se souvient la semaine suivante, des propos de Julien Sarraute, entraîneur des trois-quarts et fidèle parmi les fidèles : « Le problème de cette relégation, c’est qu’on ne sait pas combien de temps nous mettrons pour remonter. Nous essaierons de le faire le plus vite possible. »

Deux ans plus tard, le FCAG est toujours en Fédérale 1. Si sa bonne santé financière lui a permis d’intégrer la poule élite, il n’est pour l’instant pas en mesure de se battre avec les meilleurs pour disputer la montée alors que cela était un des objectifs de début de saison. Les Rouge et Blanc ont connu quelques ratés à domicile qui les ont plombés. Au premier rang desquels le match inaugural de la saison, où Massy était venu gagner sur la pelouse de Jacques-Fouroux. Dimanche, pour la dernière de l’année, avant la longue trêve qui les conduira jusqu’au 15 janvier, les Auscitains ont l’occasion de laver l’affront et de rendre la pareille aux Essonniens. Tout sauf une sinécure tant les banlieusards parisiens paraissent sûrs de leur rugby, eux qui viennent de triompher de l’ogre neversois (19-15), profitant de l’occasion pour prendre la tête de la poule.

Equilibrer le bilan

Roland Pujo, le manager auscitain, sait que son équipe traîne ses « deux défaites à la maison » comme autant « de boulets ». Mais le technicien garde espoir : « Il nous reste des matchs. Nous pouvons encore basculer du bon côté du tableau même si, pour le moment, nous sommes un peu en retard sur ce que nous avions planifiés. Pour être parfaitement à l’équilibre, nous devons gagner un deuxième match à l’extérieur. » En effet, les Auscitains se sont mis dans le dur en perdant très tôt dans la saison contre Massy puis Bourg-en-Bresse. Depuis, ils courent après les points perdus. S’ils ont refait une partie de leur retard en gagnant à Valence-Romans, ils seraient bien inspirés de donner un dernier coup de collier avant la trêve pour équilibrer leur compteur. Et se prendre à rêver d’une phase retour positive qui donnerait l’espoir à tout un peuple de retrouver les rangs professionnels.

Par David Bourniquel

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?