Biarritz enfonce Béziers

  • Biarritz enfonce Béziers
    Biarritz enfonce Béziers
Publié le , mis à jour

Biarritz vient signer un coup à Béziers en s’imposant 34-23 sans qu’il n’y ait vraiment rien à redire. Et si les Basques s’étaient réveillés ? 

Résumé de la rencontre

Béziers avait la pression avant le coup d’envoi de la rencontre. Et cela s’est vu dans les quarante premières minutes. Avant-derniers et relégables, les Biterrois ont livré un premier acte bien fébrile, face à un adversaire plus puissant notamment en mêlée fermée (trois fois sanctionné en 1ère mi-temps) et dans les impacts et venu véritablement jouer un coup à la Méditerranée. Peu inspiré dans leur jeu d’attaque et dans leur jeu au pied avec un nombre incalculable de ballons rendus par un Lachie Munro peu en verve dans ce secteur, Béziers s’est donné le bâton pour se faire battre par des Basques réalistes au possible et qui scoraient à chaque rentrée dans le camp héraultais. À cela s’ajoutait les difficultés au centre du terrain, symbolisées par le premier essai de la rencontre, une manœuvre d’école du BO avec Gimenez qui croisait pour Girese qui remettait intérieur pour le second centre DelaI. Les Biterrois ont eu toutes les peines du monde à créer du jeu en 1ère mi-temps. Beaucoup de ballons rendus au pied, assortis d’une approximation dans ce même jeu au pied, une mêlée qui a tangué. Il n’en fallait pas plus. 

D’autant plus que durant le début du second acte, Béziers se montrait toujours aussi indiscipliné. Peyras Loustalet récoltait ainsi un carton jaune après un en-avant volontaire. L’écart se creusait un petit peu avec 10 pts d’avance pour les Basques.  Le moment choisi pour Sabri Gmir de montrer aux Biarrots qu’il était toujours bon sur les réceptions des chandelles puisque l’ailier de poche inscrivait un essai permettant à Béziers d’y croire à nouveau. Biarritz se montrait à son tour indiscipliné mais échappait au carton jaune. Les Héraultais rentrés pleinement dans leur match décidaient de sonner la révolte.  Fualau le nouvel entrant était à la conclusion du temps fort biterrois en inscrivant un essai juste à côté des poteaux après un bel effort du pack rouge et bleu.

Mais Béziers qui repassait devant au score 23-19, n’arrivait pas à tenir le score encaissant deux essais biarrots à dix minutes d’intervalle par Delai et Giresse. L’écart se recreusait à nouveau avec huit points entre les deux équipes. Biarritz plus rapide dans l’exécution du jeu se retrouvait à 14 après un plaquage haut de Vaka sur Daminiani. Les Basques qui malgré l’infériorité numérique  avaient la maîtrise du ballon s’appuyaient sur les fautes biterroises. Lucu inscrivait une nouvelle pénalité à la 71ème et Béziers comptait 11 points d’écart. Malgré quelques situations intéressantes en fin de match, le score n’allait plus bouger. Béziers perd une troisième fois de la saison à domicile et reste avant-dernier du classement. Le déplacement à Dax vendredi prochain va valoir très cher pour les hommes de Manny Edmonds. Pour Biarritz avant un déplacement périlleux à Oyonnax, cette victoire permet aux Basques de se donner un bon bol d’air. 

 

Fait du match : Biarritz plus puissant

Dans le chassé croisé que se sont livrées les deux équipes jusqu’à la 65ème, il faut noter le courage des Biterrois qui n’ont rien lâché mais ont payé un cruel déficit de puissance au centre du terrain, en mêlée fermée et aux abords des rucks. Ajouté à l’indiscipline, cela faisait beaucoup trop face à un adversaire diablement réaliste et nettement plus incisif. 

 

L’essai  du match : Giresse à la 65ème

Alors que Biarritz ne comptait qu’un petit point d’avance, Béziers a eu la mauvaise idée de perdre une touche sur ses 22 après un cafouillage de Manu. Les Basques récupèraient le ballon sur le lancer biterrois et Lucu écartait pour Hamdaoui qui transmettait à Giresse, seul sur son aile et face à des avants. Béziers avait pris un gros coup sur la tête et ne s’en relèverait pas.

 

L’homme du match : Maxime Lucu

Lucu a certes été délesté du brassard de capitaine ces dernières semaines au profit de David Roumieu mais le demi de mêlée et s’était déjà illustré en février dernier à la Méditerranée en signant la pénalité de la victoire. Ce dimanche après-midi, il s’est illustré par sa précision au pied (seulement un raté) et son rapidité d’éjection aux abords des rucks. Précieux encore une fois.

 

Les meilleurs :

À Béziers : Battye, Bourdeau, Puletua

À Biarritz : Nabou, Singer, Soqeta, Lucu, Le Bourhis, Giresse, Gimenez, Delai

 

Par Enzo Diaz

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?