Toulon, tout bon !

  • Toulon, tout bon !
    Toulon, tout bon !
Publié le

Bien plus puissants que les Gallois de Llanelli, les Varois n’ont pas fait dans la demi-mesure, à Mayol… Ils l’emportent avec le point de bonus offensif et restent en course pour la qualification (31-20).

Le résumé

Plus forts, plus rapides, plus précis et surtout mieux organisés en conquête directe, les Toulonnais n’ont pas laissé la moindre chance aux infortunés gallois de Llanelli, à Mayol. Bien assis sur une mêlée dominatrice et une évidente supériorité physique, les coéquipiers de Guilhem Guirado ont très rapidement tué le suspens de cette rencontre, ouvrant le compteur d’essai dès la cinquième minute par l’intermédiaire de Mamuka Gorgodze. Le reste du match manqua alors cruellement d’intérêt comme de suspens et, envoyant tour à tour Ma’a Nonu, Romain Taofifenua et Mathieu Bastareaud à la corne, les Varois anéantirent paisiblement les Scarlets, quatrièmes du classement de la Ligue celte. Si, pour le Rct, il sera quasiment impossible d’arracher la première place de ce groupe aux Saracens, une qualification en tant que meilleur deuxième est dans le domaine de l’envisageable.

 

Le fait du match

Il existe entre le joueur moyen du Top 14 et le joueur moyen de Ligue Celte une énorme différence physique. Sur chaque impact, les Scarlets ont ainsi semblé à la ramasse à Mayol. Incapables de rivaliser dans le défi physique malgré des joueurs de qualité tels Gareth Davies ou Rhys Patchell, les Gallois n’ont pas vraiment existé dans le Var. Au jeu de quilles, les coéquipiers de Guilhem Guirado étaient de loin les plus forts.

 

Le plus bel essai

28 ème minute de jeu. Sur une action anodine, l’omniprésent Mathieu Bastareaud éteint le talonneur et capitaine gallois Ken Owens. Du coup, le déséquilibre est créé. Le jeu rebondit aussitôt dans le côté fermé où Romain Taofifenua fait du grabuge et trouve Pierre Bernard. D’une passe au cordeau, le demi d’ouverture du RCT décale Leigh Halfpenny, qui marque sans opposition ou presque. Superbe.

 

L’homme du match

Scott Williams compte 41 sélections en équipe du pays de Galles et n’a rien un lapin de six semaines. Face à Mathieu Bastareaud, le Britannique a pourtant vécu un véritable cauchemar au stade Mayol… Très remonté à l’idée de montrer son vrai visage au manager Mike Ford, l’international tricolore fut ainsi partie prenante sur les deux premiers essais toulonnais et, tout le match durant, n’eut de cesse de placer ses coéquipiers varois dans l’avancée, blackboulant ce bon Scott comme si le joueur des Scarlets était fait de plumes. En clair ? Basta est de retour aux affaires et ça va saigner !

 

Les meilleurs :

Bastareaud, R. Taofifenua, Nonu, Bernard, Chiocci, Gorgodze, Halfpenny à Toulon ; G. Davies, Ball à Llanelli.

Marc Duzan
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?