XV de France : Journée décisive à Marcoussis

  • XV de France : Journée décisive à Marcoussis
    XV de France : Journée décisive à Marcoussis
Publié le / Mis à jour le

Ce lundi au CNR de Marcoussis, aura lieu la fameuse rencontre au sommet tant attendue, entre le nouvel homme fort du XV de France, le vice-président de la FFR Serge Simon, et le sélectionneur Guy Novès. Ce dernier peut-il rester? Éléments de réponse.

Une partie de l’avenir du XV de France va se jouer ce lundi. Afin de dissiper toute ambiguïté, la rencontre tant attendue va avoir lieu. Ayant attendus en vain un signe de Guy Novès après leur élection à la FFR, Bernard Laporte et Serge Simon ont missionné Philippe Rougé-Thomas pour établir le contact. Un rendez-vous a été acté - non pas avec le président Laporte - mais avec le futur manager des équipes de France et premier vice-président de la FFR, Serge Simon.

 

Guy Novès restera t-il ?

L’ancien sélectionneur l’a assez répété ces derniers temps, il n’a pas l’intention de virer Novès. Cette posture va à l’encontre des discours de campagne mais elle sous-entend une chose : le président de la FFR ne remerciera pas directement son sélectionneur-manager, au risque de se fragiliser et de devoir assumer la responsabilité d’échecs sportifs en suivant. Serge Simon intervient donc en « traducteur-démineur », chargé de faire passer les premiers messages et de dessiner le nouveau cadre de travail offert à Guy Novès. De plus, pour des motivations différentes, Novès et Laporte portent tous deux la sélection au centre de leurs priorités. Guy Novès aime la sélection et y a rétabli l’autorité. La cause nationale peut être un point de ralliement chez eux. Troisième argument, celui de la vox populi. Auprès des amateurs de rugby, des clubs, des médias, des partenaires et du grand public, le début de l’ère Novès est un succès. Il a rallumé la flamme tricolore, validé avec ses adjoints (Bru et Dubois) un projet de jeu ambitieux et séduisant qui doit permettre aux Bleus de rivaliser avec les meilleures équipes. Enfin, dernier argument et non des moindres, le temps joue pour le sélectionneur actuel… Pousser Guy Novès vers la sortie dès à présent revient à prendre le risque de voir le XV de France sans staff technique à un mois et demi du Tournoi. Et un départ contraint ou forcé du sélectionneur pourrait même conduire à un mouvement de fronde du grand public qui a fait de Novès son idole.

Seul bémol, et il est de taille : le XV de France continue de perdre… Admettons qu’il soit confirmé cette semaine, Novès n’aura pas pour autant la certitude de pouvoir mener à bien sa missionjusqu’au Japon, en 2019. En cas d’échec dans le prochain Tournoi, son cas reviendra forcément sur la table après une première année marquée par quatre victoires et six défaites). Pour cela, il lui faut gagner à domicile (Galles et Ecosse), en Italie et remporter au moins un des deux sommets, à Twickenham contre l’Angleterre ou à Dublin face à l’Irlande. En suivant, la tournée de juin, en Afrique du Sud, sera placée à hauts risques. Mais si cette année 2017 est satisfaisante d’un point de vue sportif, il deviendra difficile, voire risqué, de changer de sélectionneur à deux ans du Mondial japonais.

Emmanuel Massicard
Voir les commentaires
Réagir