Démis de ses fonctions, Didier Méné dénonce une décison politique

  • Démis de ses fonctions, Didier Méné dénonce une décison politique
    Démis de ses fonctions, Didier Méné dénonce une décison politique
Publié le , mis à jour

Écarté de ses fonctions de Président de la Commission Centrale des Arbitres de la FFR, Didier Méné a livré le fond de sa pensée au site Rugbyrama.fr. Extraits d'une interview sans concession.

Alors qu'il a été démis de son poste de président de la Commission centrale d'arbitrage (CCA) en début de semaine,Didier Méné a ce mardi décidé dans la foulée de livrer le fond de sa pensée sur le site Rugbyrama.fr. Et le vice-président de la FFR Serge Simon n'est pas épargné.

L'ancien arbitre en poste depuis neuf ans et par ailleurs membre du bureau fédéral de la FFR révèle qu'il a appris la nouvelle par téléphone et par « Joël Dumé, le Directeur Technique national de l'arbitrage ». Une décision qui vient de celui que Didier Méné nomme « Fouquier de Tinville », nom de l' accusateur public désignant Serge Simon. L'ancien arbitre poursuit ainsi soulignant un « problème politique ».

En cause, selon lui le fait qu'il ait collaboré avec Pierre Camou, chose plutôt mal vu par le camp vainqueur: « Serge Simon veut éliminer toute personne qui a pu collaborer avec Pierre Camou ». Didier Méné se pose aussi la question de savoir si les décisions prises sont vraiment celles du nouveau président de la FFR: « Je pense que les gens ont cru qu'ils votaient pour Bernard Laporte, mais dans des décisions comme ça, je ne suis pas sûr que ce soit Bernard Laporte qui les ait prises ». Avant de déclarer : « J'espère que ça va s'arrêter là et que Bernard Laporte va reprendre les rênes rapidement. »

« Interloqué par la manière » dont son éviction s'est produite, Didier Méné pensait « que son bilan pouvait faire qu'il ne soit pas traité comme un malpropre et aurait espéré être reçu » par la nouvelle équipe et alors que quatres arbitres français vont officier lors du prochain Tournoi des Six Nations . Déclarant avoir « confiance en Bernard Laporte », le désormais ex-président de la CCA ne s'est pas montré tendre envers Serge Simon qui selon lui « s'inscrit plus dans un esprit de revanche » rajoutant « Ce n'est pas l'intérêt général qui prime, c'est l'intérêt particulier ». Il en a ainsi profité pour dénoncer « ceux qui avancent masqués derrière lui et qui vont bientôt débarquer dans le système.»

Didier Méné ne se fait aucune illusion sur la suite de l'histoire : « Il y a un petit arrangement entre amis. Le successeur de Joël Dumé est déjà connu. Ils se sont mis d'accord entre eux.» Décidé à suivre « ceux qui sauront s'opposer à ce pouvoir-là », il donne rendez-vous dans quatre ans, dans le camp d'en face. Ambiance.

 

L'intégralité de l'interview à retrouver sur Rugbyrama.fr

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?