Champions Cup : Toulon, l'échec majuscule

  • Champions Cup : Toulon, l'échec majuscule
    Champions Cup : Toulon, l'échec majuscule
Publié le

Battu sans gloire au pays de Galles par des Scarlets héroïques, le RCT voit son avenir européen s'assombrir considérablement. Un véritable camouflet.

LE MATCH

Ca-ta-stro-phique ! Le RCT a réalisé une entame indigne de son statut et de ses ambitions européennes : mauvais choix stratégique sur pénaltouche, défense dépassée en vitesse à maintes reprises, jeu collectif indigent, gestion trop neutre et mêlée désossée. Face à des Gallois entreprenants et imaginatifs, la sanction ne tardait pas. A la 19e minute, le tableau d'affichage du Parc Y Scarlets affichait 13 à 0 avec, au passage, un essai de belle facture inscrit par Scott Williams. Piqués au vif, les Varois tentaient de réagir. Sans grand succès. Leurs qualités dans le jeu au sol et deux pénalités de Leigh Halfpenny leur permettaient de réduire l'écart avant la mi-temps (16-9). En deuxième période, Duane Vermeulen et ses partenaires confirmaient leur relatif regain de forme et restaient à portée de tir des Scarlets. Ils manquaient même de passer devant à la 55e minute. Alors dominateurs, ils décidaient d'insister en pénaltouche au lieu de prendre les points. Un choix non payant. Au contraire. Sur un énième groupé-pénétrant, Florian Fresia était pénalisé pour avoir agrippé un adversaire par le cou et exclu dix minutes. Leigh Halfpenny, malgré deux échecs, et Rhys Patchell poursuivaient leur duel à distance. A un quart d'heure du coup de sifflet final, les visiteurs, portés par un très bon Mathieu Bastareaud, étaient revenus à quatre points (22-18, 66e) et sur une phase ascendante. Des en-avant de Jean-Charles Orioli puis Ma'a Nonu, dans les cinq mètres, empêchaient les Toulonnais de concrétiser leur domination. Après une nouvelle pénalité obtenue en mêlée, Leigh Halfpenny ramenait tout de même les siens à une longueur (72e). Marqués physiquement par les charges adverses, les Gallois reculaient inéluctablement et se mettaient à la faute. A la 75e minute, l'arrière toulonnais obtenait une balle de match aux quarante mètres. Son coup de pied filait à gauche des poteaux. Deux minutes plus tard, Pierre Bernard tentait un drop-goal hasardeux de la même distance. Le Parc Y Scarlets et ses 8759 spectateurs vibraient comme rarement dans cette fin de match irrespirable. Comme un symbole, Leigh Halfpenny obtenait une dernière occasion depuis la ligne médiane. Une fois encore, une poignée de mètres a manqué...

 

L'HOMME

Depuis combien de temps n'avait-on pas vu Levan Chilachava autant en difficulté en mêlée ? Peut-être depuis cette finale du Top 14 en 2011, face à Gurtro Steenkamp... Le Géorgien n'a pas trouvé la solution face à Rob Evans dans l'épreuve de force. Pénalisé à deux reprises, le droitier a été remplacé dès la 28e minute. Son successeur, Marcel Van der Merwe, a grandement contribué à inverser le cours des événements. Sa présence sur le terrain a coïncidé avec la domination varoise en mêlée fermée, patente en deuxième période. Sa hargne dans le défi physique a également permis de mettre le RCT dans l'avancée et de croire au succès. En vain.

 

L'ESSAI

Pendant une majeure partie de la première période, les Scarlets ont régalé leurs spectateurs avec un jeu d'attaque spectaculaire. L'essai de Scott Williams, à la 15e minute, illustre à merveille cet état d'esprit. Après une succession de séquences, l'étonnant centre Hadleigh Parkes s'immisce dans la défense et passe les bras pour Aaron Shingler. Le troisième ligne fixe et donne le bon tempo à Scott Williams, venu à hauteur. Le RCT pourra regretter, sur l'action, l'absence de Duane Vermeulen, alors K.-O...

 

ET MAINTENANT

L'avenir européen du RCT paraît désormais fortement compromis avec ce deuxième revers. La première place est promise aux Saracens, auteur d'un parcours sans faute. Avec dix points, les Varois peuvent encore prétendre à une hypothétique deuxième place. Et encore, même un exploit à Londres pourrait ne pas suffire.

 

LES MEILLEURS

S. Williams, L. Williams, Shingler, Ball, Lee ; Bastareaud, Gorgodze.

Vincent Bissonnet
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?