Brive plus solide

  • Brive plus solide
    Brive plus solide
Publié le

Face à des Lyonnais fragiles en mêlée et trop approximatifs, Brive a remporté un succès logique 22-6 grâce à un essai de Patrick Toetu et un sans-faute de Gaëtan Germain.

Résumé

On attendait, ou espérait, une opposition de style entre la puissance briviste et la vitesse lyonnaise. D'entrée, les Brivistes imposaient leur force. Après une pénalité de Frédéric Michalak, ils égalisaient sur une pénalité récoltée en mêlée puis marquaient en force par le pilier droit, Patrick Toetu, après un travail de sape près de la ligne (10-3. 12e). Lyon vivait d'expédients et le pied de Germain (5/5 à la mi-temps, 6/6 au final) permettait aux locaux de virer avec une confortable avance à la pause (19-6). En deuxième période, les Lyonnais arrêtèrent de donner le bâton pour se faire battre. Mais ils subirent toujours la puissance et l'envie briviste. Et ils multiplièrent les approximations, à l'image de ces mauvaises passes de Michalak (52e) et Armitage (65e), cette touche non trouvée de Harris (59e) ou cet en-avant de Tuifua (62e). Sans être en danger, Brive eut peu d'occasions à se mettre sous la dent. Germain ajouta une cinquième pénalité à un quart d'heure de la fin pour sceller le score.

 

Le fait du match

En première mi-temps, six mêlées ont été jouées. Lyon a été pénalisé à quatre reprises, perdu un ballon et en a joué un, dans de mauvaises conditions. Le promu parvint à corriger le tir après la pause, récoltant même une pénalité dans ce secteur de jeu (51e). L'entrée de la première ligne remplaçante confirma ce regain de forme, pour une deuxième pénalité (63e). L'embellie fut de courte durée. Une nouvelle pénalité en mêlée permit à Germain d'ajouter trois points (22-9. 65e)

 

L'action

On ne s'attendait pas à de grandes envolées. On a bien fait, il n'y en a pas eu. On aurait pu citer la belle percée du deuxième ligne briviste, Johan Snyman, stoppé dans les vingt-deux mètres lyonnais, qui amena finalement l'essai de Toetu. On retiendra finalement le tirage de... langue de Delon Armitage, en première mi-temps, suivi d'un baiser envoyé de la main. Souvent critiqué, l'arrière anglais apporta un peu de spectacle, discutable forcément, dans un match cadenassé.

 

L'homme du match

Pour sa première titularisation en Top 14, le jeune pilier gauche briviste, Vivien Devisme (23 ans), n'a pas flanché. Appuyé par un pack dominateur, il a été plus que bien tenu son rôle, notamment en mêlée où son équipe a fait souffrir le martyre à son adversaire. Et il n'y a pas été pour rien.

 

Les meilleurs : à Brive : Germain, Devisme, Toetu, Ribes, Snyman ;

À Lyon : Tuifua, Puricelli

 

Par Sébastien Fiatte

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?