Top 14 : Le Top 5 des recrues étrangères de l'année 2016

  • Top 14 : Le Top 5 des recrues étrangères de l'année 2016
    Top 14 : Le Top 5 des recrues étrangères de l'année 2016
  • Top 14 : Le Top 5 des recrues étrangères de l'année 2016
    Top 14 : Le Top 5 des recrues étrangères de l'année 2016
  • Top 14 : Le Top 5 des recrues étrangères de l'année 2016
    Top 14 : Le Top 5 des recrues étrangères de l'année 2016
  • Top 14 : Le Top 5 des recrues étrangères de l'année 2016
    Top 14 : Le Top 5 des recrues étrangères de l'année 2016
  • Top 14 : Le Top 5 des recrues étrangères de l'année 2016
    Top 14 : Le Top 5 des recrues étrangères de l'année 2016
  • Top 14 : Le Top 5 des recrues étrangères de l'année 2016
    Top 14 : Le Top 5 des recrues étrangères de l'année 2016
Publié le , mis à jour

Autoproclamé « meilleur championnat du monde », le Top14 a une nouvelle fois attiré certains des plus grands noms du rugby cette année. Si 2015 était l'année de Dan Carter, Adam Ashley-Cooper et autres Ma'a Nonu, de nouvelles étoiles du rugby ont rejoint l'hexagone en 2016. Voici notre Top 5 des recrues étrangères ayant rejoint le Top14 au cours de l'année 2016.

Nemani Nadolo (28 ans) – Ailier, Montpellier

Ses premières prestations n'ont pas forcément été à la hauteur des attentes suscitées par sa signature, mais depuis trois mois, l'ailier fidjien a remis les pendules à l'heure ! Surpuissant (c'est un euphémisme, on vous l'accorde), Nemani Nadolo affiche d'évidentes qualités de finisseur (six essais, avec notamment un triplé contre Brive). Au sein d'un séduisant collectif héraultais, l'ailier passé par le CSBJ en 2010/2011 s'est parfaitement fondu et affiche une belle complémentarité avec l'autre ailier fidjien, Timoci Nagusa. A noter qu'au-delà de son physique hors-norme (125kg, 1m96), Nemani Nadolo possède également de surprenantes qualités au pied qui élargissent un peu plus son profil d'ailier complet.

 

 

Liam Gill (24 ans) – Troisième ligne, Toulon

Il n'était certainement pas le plus connu des flankers australiens mais en cinq mois, Liam Gill a conquis le Top14. Barré par David Pocock, Michael Hooper et Scott Fardy en sélection, le jeune troisième ligne aile (24 ans) a rejoint Toulon à l'intersaison. L'objectif ? Découvrir un nouveau rugby et quitter son confort, avec en ligne de mire un retour chez les Wallabies (avec lesquels il compte 15 sélections mais n'a plus été appelé depuis novembre 2013). Et s'il est arrivé dans l'ombre d'autres recrues toulonnaises (notamment François Trinh-Duc), Liam Gill s'est déjà imposé comme un titulaire important. Mobile, gratteur et surtout plaqueur, le flanker australien apporte un RCT un profil différent de la toute puissance des Duane Vermeulen, Samu Manoa ou Mamuka Gorgodze. A noter également que Liam Gill est le meilleur marqueur du RCT (quatre réalisations, égalité avec Charles Ollivon) depuis le début de saison.

 

 

François Steyn (29 ans) – Trois-quart polyvalent, Montpellier

Superstar précoce, champion du monde à seulement 20 ans et globe-trotter du rugby, François Steyn n'en est pas à sa première expérience en Top14. Joueur du feu Racing Métro entre 2012 et 2014 le polyvalent Sud Africain avait ensuite fait le choix de rentrer en Afrique du Sud (les Sharks) puis de découvrir le Japon (avec les Toshiba Brave Lupus), avant de retrouver l'hexagone en 2016, sous le maillot montpelliérain. Arrivé à l'intersaison, François Steyn dispute son premier match avec le MHR en déplacement à Toulouse. Pour sa première titularisation, le néo-Montpelliérain s'incline (20-12) et ne montre pas forcément d'aisance au centre de l'attaque. Mais depuis, la donne a changé. Depuis l'annonce du départ de Demetri Catrakilis à l'intersaison prochaine, Jake White a décidé de faire confiance à son ancien protégé en sélection. Et s'il alterne entre le numéro 10 et le numéro 12, François Steyn porte le MHR sur ses larges épaules. Constant, le champion du monde 2007 apporte la serenité qui manquait encore à Montpellier la saison dernière, une recrue déjà indispensable pour le club de Mohed Altrad.

 

 

Luke Jones (25 ans) – Deuxième ligne, Bordeaux

A l'instar de Liam Gill, Luke Jones a débarqué en Top14 dans l'ombre d'autres étoiles du rugby et comme son compatriote toulonnais, le deuxième ligne australien a conquis l'hexagone dès ses premières minutes sur les terrains français. A la fois mobile, puissant et à l'aise dans les aires, l'ancien joueur des Melbourne Rebels s'est imposé au sein du pack bordelais, au point de devenir l'un des hommes de base de Raphaël Ibanez. Déjà aligné à quinze reprises (pour quatorze titularisations), l'international australien (3 sélections, mais plus appelé depuis novembre 2014) a notamment comblé le départ de Julien Ledevedec (pour Brive) et devrait continuer de faire ses armes en Top14, au plus grand plaisir des supporters girondins. La bonne pioche de l'UBB.

 

 

Victor Vito (29 ans) – Troisième ligne, Stade rochelais

Annoncée de longue date, l'arrivée de Victor Vito était un secret de polichinelle en début d'année... mais quel coup réalisé par le Stade rochelais ! Deux fois champion du monde et âgé de « seulement » 29 ans, le troisième ligne néo-zélandais n'a cessé de tenir son rang depuis son arrivée chez les Maritimes. Auteur d'une intégration éclaire, l'ancien joueur des Hurricanes est l'un des grands artisans de l'excellent début de saison du Stade rochelais. S'ils veulent continuer à rêver (l'objectif étant évidemment d'accrocher le Top6) les joueurs de Patrice Collazo devront compter sur un grand Victor Vito.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?