Pro D2 : Étienne Delangle, la régularité

Étienne Delangle, qui a entamé sa quatrième saison avec Vannes, a confirmé lors de cette première partie de saison qu’il avait assimilé le passage entre le statut amateur et le monde pro.

Étienne Delangle fait désormais partie des joueurs cadres de l’équipe, un « pilier » sur lequel l’encadrement technique peut s’appuyer. Pour preuve, sur les quinze journées de championnat, il a disputé, dans leur intégralité, douze rencontres soit 960 minutes de jeu effectif. Un record. Rencontre.

Êtes-vous surpris de figurer sur le podium des étoiles Midi-Olympique à l’intersaison ?

Oui, un peu. On ne joue pas pour avoir des étoiles mais pour le collectif. Je suis un peu surpris d’être aussi bien placé dans ce classement d’autant que le poste de deuxième ligne n’est pas forcément exposé médiatiquement. On voit davantage les ailiers ou les gros de devant. Je suis et reste un travailleur de l’ombre.

Cet honneur va-t-il changer quelque chose pour vous ?

Non. Je reste concentré sur l’objectif du club qui reste le maintien. Je reste lucide.

Douze matchs en titulaire sur quinze, n’est-ce pas trop ?

Si je joue, c’est que les entraîneurs estiment que j’apporte quelque chose au collectif. Je suis au service de l’équipe. On ne doit jamais se croire arrivé. Rien n’est acquis. J’ai appris cela de mes années passées.

Peut-on dire que vous avez totalement assimilé le changement de régime entre la Fédérale 1 et le Pro D2 ?

Oui. J’ai seulement remarqué que, lorsque je suis descendu de Pro D2 avec Dax et Béziers, j’ai trouvé le niveau de la Fédérale 1 supérieur à celui que j’avais quitté. Mais c’est vrai aussi cette saison, après avoir grimpé de la Fédérale 1 vers le Pro D2.

Vous avez toujours dit que vous finiriez votre carrière à Vannes. Cette distinction va-t-elle vous faire changer d’avis si d’aventure des propositions intéressantes se faisaient jour ?

À l’heure actuelle, il n’y a rien d’écrit. Avec personne. Mais il y a des pistes. Il ne faut jamais dire jamais. La porte n’est pas fermée et je reste ouvert à toutes propositions. J’ai bientôt 30 ans et je reste d’abord un compétiteur.

Vos deux premières expériences en Pro D2 à Dax et à Béziers n’ont pas été concluantes pour vous. Celle de Vannes est-elle une réussite ?

À dire vrai je n’en sais encore rien. J’ai réussi la première phase des cinq rencontres. Depuis, j’ai du mal à réussir à mettre autant d’intensité dans mon jeu, surtout sur les fins de match.

L’équipe est treizième au classement. Êtes-vous préoccupé par le maintien ?

Nous le sommes tous. Mais nous sommes au moins huit à être dans cette situation

Propos recueillis par Didier Le Pallec

Étienne Delangle

Âge : 29 ans

Points : 0

Matchs joués : 15 (12 titularisations ; 960 minutes)