Pro D2 : Ces autres joueurs qui brillent

  • Pro D2 : Ces autres joueurs qui brillent
    Pro D2 : Ces autres joueurs qui brillent
Publié le , mis à jour

Aux côtés des Burton Francis (Agen) , Antoine Renaud (Aurillac) et Étienne Delangle (Vannes), ils sont plusieurs à briller dans le championnat. Tour d’horizon.

Hans Nkinsi, Narbonne

Deuxième ligne de formation, Hans Nkinsi a disputé tous les matchs (5 en troisième ligne, 10 en deuxième ligne) dans leur totalité mis à part contre Aurillac. Natif de la République Démocratique du Congo, le jeune joueur, arrivé à Narbonne en 2013, est progressivement monté en puissance pour faire aujourd’hui partie des cadres du groupe orange et noir. D’abord pensionnaire du centre de formation, il a signé son premier contrat pro deux années plus tard. Athlétique, garçon attachant, généreux sur le terrain comme dans la vie, bon sauteur en touche, endurant dans le jeu, Hans Nkinsi dispose d’un gros potentiel et d’une grande marge de progression. À la fin de la saison, Hans Nkinsi quittera Narbonne pour intégrer l’effectif de Grenoble.

Digest :

Âge : 24 ans.

Points : 10 (2E).

Matchs : 15 (15 titularisations ; 1 167’).

 

Adriu Delaï, Biarritz

Arrivé à l’intersaison en provenance du Stade montois, Adriu Delai n’a pas tardé à se faire une place dans l’effectif biarrot et s’y est même installé à temps plein. Alternant entre les numéros 13 et 14, il est le joueur le plus utilisé devant Manu et Lucu et aussi le meilleur marqueur d’essai du BO. Toujours dans l’avancée, à la recherche du moindre intervalle, son dynamisme sur les ballons d’attaque en fait un élément précieux au sein de la ligne de trois-quarts des Rouge et Blanc. Véritable élément moteur, son courage sur le terrain est à souligner, comme face à Perpignan, où le Fidjien touché au genou après dix minutes a terminé la rencontre. « Avant qu’il demande à sortir, il faut qu’il ait la jambe cassée » rigolait David Darricarrère, symbole de la force du garçon.

Digest :

Âge : 32 ans.

Points : 30 (6E).

Matchs : 15 (15 titularisations ; 1 172’).

 

James Hall, Oyonnax

Tout frais débarqué des Southern Kings, avec déjà une expérience (7 matchs) du Super Rugby malgré son jeune âge, le demi de mêlée de la sélection d’Afrique du Sud des moins de 20 ans, a vite trouvé ses marques dans le Haut-Bugey. La blessure de Fabien Cibray lui a valu d’accumuler du temps de jeu (817 minutes) et de révéler toute l’étendue de son potentiel. Sa passe longue et précise, sa vitesse d’exécution, sa faculté à orienter le jeu et à le dynamiser ont vite fait de lui l’un des moteurs du jeu oyonnaxien. Mais ses qualités offensives illustrées par la réalisation de trois essais (dont deux lors du déplacement à Mont-de-Marsan), ne constituent pas ses seuls atouts. Le jeune talent de l’US Oyonnax est aussi un redoutable défenseur.

Digest:

Âge : 20 ans.

Points : 15 (3E).

Matchs : 14 (10 titularisations, 818’).

 

Thomas Ramos, Colomiers

L’arrière de Colomiers a éclaboussé de toute sa classe le début de saison de son équipe. Le gamin (21 ans) assume sans coup férir la rigueur de son poste de numéro 15 et dynamise le fond de terrain de Colomiers. Relances assassines, vista, prestance, Thomas Ramos possède toute la panoplie de l’arrière moderne. Il est en plus doté d’un jeu au pied exceptionnel. Thomas est ainsi le meilleur buteur du championnat de Pro D2. Prêté par le Stade toulousain à Colomiers dans une relation « gagnant-gagnant », ce sont bien les Columérins qui semblent avoir tiré le gros lot. Alain Carré, le président de Colomiers, nous confiait récemment à son sujet avoir été impressionné par ses capacités de travail. Thomas Ramos représente sûrement un « futur très grand arrière français ».

Digest :

Âge : 21 ans.

Points : 247 (2E, 19T, 52P).

Matchs : 14 (14 titularisations ; 1 087’).

 

Apisai Naqalevu, Dax

Le trois-quarts centre fidjien, Apisai Naqalevu, se révèle, cette saison, comme l’arme fatale de l’US Dax. Arrivé dans les Landes directement des Fidji à l’été 2015, il pensait évoluer en Fédérale 1. Recruté pour pallier le départ du Fidjien Leone Ravuetaki (parti à Narbonne) ce centre percutant va démontrer sa capacité à jouer devant les défenses. De sa formation à VII, il a gardé l’explosivité et une grosse faculté de franchissement dans les duels.

Son autre particularité : Apisai Naqalevu s’exprime uniquement en fidjien… Attachant et généreux, il se fait remarquer dans la vie par… sa discrétion. Mais, cette saison, avec ou sans ballon, Apisai Naqalevu se fait de moins en moins discret… au point de susciter la convoitise de certains clubs de Top 14.

Digest :

Âge : 27 ans.

Points : 10 (2E).

Matchs : 12 (12 titularisations ; 925’).

 

Frédéric Quercy, Albi

Arrivé de Montauban à l’intersaison, Frédéric Quercy est devenu un des joueurs si ce n’est LE joueur le plus important du système albigeois. Il est un des rouages essentiels du SCA. À tel point que les coachs ont décidé de lui confier le brassard de capitaine depuis le début du troisième bloc. Toujours lucide, ardent défenseur, très adroit balle en main, jamais battu, le joueur de 25 ans était venu chercher des responsabilités et du temps de jeu à Albi. On l’a vu par exemple recadrer immédiatement ses hommes après la récente série de trois victoires pour leur éviter une éventuelle décompression ou encadrer à la perfection le replacement de Benjamin Desroche en troisième ligne, distillant conseils et encouragements. L’homme a tout pour continuer son ascension au sein du SCA.

Digest :

Âge : 25 ans.

Points : 10 (2E).

Matchs : 14 (13 titularisations ; 1 050’).

 

Yohan Domenech, Carcassonne

La saison passée, le plus étoilé des Carcassonnais était un numéro 9 : Carol Raynaud. Cette fois, le numéro n’a pas changé sauf l’identité du joueur. En cette fin d’année civile, le lauréat est l’ex-oyonnaxien Yohan Domenech. Au cours de cette première phase, celui qui a été formé à Narbonne, connu les joies de la sélection en moins de 16, moins de 18 et moins de 20 ans, anime de mains de maître le jeu carcassonnais. Si son ami et coéquipier au même poste, Carol Raynaud évolue dans le registre d’un neuvième avant, dur au mal ; Yohan est, au contraire, un créateur. D’une simple étincelle, il met le feu aux défenses adverses. Lors de la réception de Dax (victoire 36-0), il a mis sa formation dans le sens du succès. Les blessures de Latorre et Berchesi l’ont investi dans le rôle du « goleador ».

Digest :

Âge : 23 ans.

Points : 15 (2E, 1T, 1P).

Matchs : 15 (9 titularisations ; 642’).

 

Sébastien Laulhé, Soyaux-Angoulême

Quatrième saison au club pour ce flancker qui a su s’imposer par son talent et sa détermination. Banni à Morlaàs, où l’on ne lui faisait pas confiance (on se demande bien pourquoi), le troisième ligne a tout connu à Angoulême. Un titre de champion de France de Fédérale 2, une accession en Pro D2, un premier contrat pro et une place de titulaire cette saison.

Titulaire à onze reprises pour quatorze rencontres disputées, il s’est rendu indispensable malgré une grosse concurrence dans cette troisième ligne. Plaqueur invétéré, toujours au soutien de ses partenaires, le Béarnais a su s’imposer et mettre son talent et son énergie au service de son équipe. À 27 ans, il vient de prolonger son contrat pour trois saisons.

Digest :

Âge : 27 ans.

Points : 5 (1E).

Matchs : 14 (11 titularisations ; 843’).

 

Tom Écochard, Perpignan

Titulaire indiscutable derrière la mêlée catalane, le numéro 9 de l’Usap a franchi un cap cette saison. Sur un plan comptable, le demi de mêlée a déjà dépassé le nombre d’étoiles (12) et le nombre de points inscrits (75) la saison dernière. Celui qui est arrivé à 18 ans chez les Sang et Or, après une première sélection chez les moins de 18 ans français, n’est plus seulement cette saison « le jeune qui dynamise ». Plus mature dans son jeu, véritable impulseur des offensives catalanes, Écochard est plus que la courroie de transmission entre avants et trois-quarts. Le plus souvent buteur, le demi de mêlée inscrit également des essais (3 cette saison). Il est notamment l’auteur d’une performance de haute volée face à Narbonne dans le derby avec 27 points inscrits le 25 novembre.

Digest :

Âge : 24 ans.

Points : 126 (3E, 15T, 27P).

Matchs : 14 (12 titularisations ; 857’).

 

Vilikisa Salawa, Mont-de-Marsan

Si Vilikisa Salawa est pourtant loin des meilleurs marqueurs de Pro D2, il n’en est pas moins indispensable dans le système montois. Sa puissance et sa vitesse font en effet peser un danger permanent sur les défenses adverses. Pur sprinter à son arrivée dans la préfecture landaise, il a depuis considérablement élargi sa palette. Très fort défensivement dans les duels, il met aussi une grosse pression à la retombée du jeu au pied haut que ses demis de mêlée ne se privent pas d’utiliser sur son aile. Et s’il n’a pas encore marqué autant que les années précédentes, c’est que l’attaque montoise n’est pas pour l’instant parmi les plus prolixes. Rarement blessé, il pourrait profiter de la phase retour pour retrouver un rang plus conforme à son potentiel.

Digest :

Âge : 25 ans.

Points : 5 (1E).

Matchs : 13 (13 titularisations ; 1 005’).

 

Elvis Tekassala, Montauban

À 36 ans, Elvis Tekassala pourrait revendiquer une grande expérience du rugby. L’homme a commencé à s’adonner au plaisir de l’ovale sur le tard, préférant passer son adolescence sur les rings de boxe. C’est en 2006 qu’il signe sa première licence rugby à Balma. Vite repéré par le voisin blagnacais, l’homme ne tarde pas à franchir l’échelon professionnel avec Montauban. Il fait partie de l’épopée victorieuse de 2014, qui a vu l’USM devenir championne de France de Fédérale 1. Depuis, Elvis Tekassala est devenu un des gauchers les plus performants du championnat. Tekassala est l’archétype du pilier moderne capable de se multiplier pour le bien de la cause. Et il n’oublie pas les fondamentaux du poste et n’est pas étranger à la bonne tenue de l’édifice montalbanais.

Digest :

Âge : 35 ans.

Points : 5 (1E).

Matchs : 14 (9 titularisations ; 721’).

 

Bakary Meité, Béziers

Irréprochable, le numéro 8 ne s’est pas laissé emporter par la tempête qui secoue l’ASBH. Performant et régulier, il s’impose même comme le meilleur Biterrois du début de saison : « Contrairement à l’année passée, où j’alternais titularisations et passages sur le banc, je démarre les rencontres (déjà 12 titularisations contre 13 l’an passé, N.D.L.R.). Et ça me fait beaucoup de bien à la tête. Aujourd’hui, j’enchaîne et je vais tout faire pour performer encore en 2017. » Précieux dans le combat par son aura et son agressivité, dangereux derrière sa mêlée et dans le jeu de mouvement grâce à sa capacité de déplacement, Bakary Meité doit désormais redevenir ce chasseur d’essais redouté qu’il était l’an passé (huit essais, son record ; un seul cette année).

Digest :

Âge : 33 ans.

Points : 5 (1E).

Matchs : 14 (12 titularisations ; 835’).

 

Nicholas Price

L’ailier australien, Nicholas Price, arrivé au CSBJ en 2014, est le Berjallien le plus étoilé. Meilleur marqueur d’essais de la lanterne rouge du championnat, il s’est signalé en début de saison en signant un quadruplé à Narbonne, lors de la deuxième journée. Cette performance rare fut toutefois insuffisante pour empêcher la défaite de son équipe (27-29). Il a ensuite ajouté deux autres essais, lors des défaites à Montauban (7-51) et contre Biarritz (15-22), et déjà battu son record d’essais sur une saison sous le maillot berjallien (5 en 2014-2015, 3 en 2015-2016). Fils d’un ancien athlète, sa vitesse et sa capacité à casser les plaquages sont deux atouts précieux pour une équipe nord-iséroise en grandes difficultés cet automne et qui aura bien besoin des essais de son ailier pour espérer se maintenir.

Digest :

Âge : 25 ans.

Points : 30 (6E).

Matchs : 11 (10 titularisations ; 780’).

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?