Vannes : Le bilan à la mi-saison

  • Vannes : Le bilan à la mi-saison
    Vannes : Le bilan à la mi-saison
Publié le , mis à jour

Le championnat de Pro D2 fait une pause jusqu’au 5 janvier. L’occasion pour Midi Olympique de faire le point à la moitié du championnat. Onzième épisode avec le bilan de Vannes, treizième de Pro D2. À l’occasion, l’entraîneur Jean-Noël Spitzer se confie.

Au soir de la défaite contre Mont de Marsan, Jean-Noël Spitzer jetait un regard rétrospectif lucide sur ces 4 premiers mois de l’expérience Pro D2. Rencontre vérité;

Jean-Noël Spitzer, en terme de points, êtes-vous en adéquation avec ce que vous espérierez ?

D’abord, avec 28 points, nous sommes toujours dans la course au maintien. Nous ne sommes pas éliminés à la trêve comme l’avaient été précédemment certains promus. C’est quand même relativement satisfaisant même si très clairement, on voulait franchir la barre des 30 points.

Sur les quinze rencontres, quels sont les plus et les moins sur le plan du jeu ?

Nous avons réussi à se mettre au niveau sur le plan athlétique, même si nous ne sommes pas l’équipe la plus puissante. Nous ne sommes pas battus dans le rythme et dans l’intensité. Nous terminons cette phase aller vraiment émoussé, plus mentalement que physiquement parce que nous sommes sur le pont depuis 6 mois, sans réelle coupure. On l’a d’ailleurs payé sur la fin. Le seul match où nous n’avons pas eu la possibilité de gagner, c’est Mont de Marsan. Mais je ne suis pas inquiet, il ne reflète pas notre niveau réel et nous allons attaquer la deuxième phase avec la même énergie mentale, comme nous avons attaqué la premiere série des 5 rencontres.

À travers ces matchs, quelles ont été vos déceptions et vos satisfactions ?

Les déceptions, ce sont les points laissés en route. Ca représente plusieurs points classement. Nous avons subit des aléas dans le jeu qui ne nous ont pas été favorables sur la phase aller, mais par expérience j’ai tendance à penser que cela s’équilibre sur une saison. Je pense aussi que le calendrier ne nous a pas été très favorable. Notamment en ne disposant pas des mêmes temps de récupération que nos adversaires. De toutes les manières, faut faire avec. Les satisfactions, c’est d’abord d’avoir fait le pari d’emmener notre groupe de Fédérale 1 en Pro D2. Nous avons débuté en moyenne sur le 15 de départ avec 11 joueurs de F1. C’est vraiment une très bonne chose. Le club a su également s’adapter à la compétition en très peu de temps. On ne pouvait pas faire beaucoup plus que ce que nous avons fait.

Le maintien reste l’objectif de la saison. Au jour d’aujourd’hiui à combien de points estimez-vous ce maintien ?

Nous n’avons pas fait beaucoup plus que la moitié. Je pense qu’il nous faudra encore 25 points sur la phase retour pour être sûr.

Propos recueillis par Didier Le Pallec

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?