Toulon : McAlister a signé, Nonu va prolonger

  • Toulon : McAlister a signé, Nonu va prolonger
    Toulon : McAlister a signé, Nonu va prolonger
Publié le , mis à jour

Non conservé par le Stade toulousain et courtisé par La Rochelle, Luke McAlister s’est récemment engagé avec Toulon pour deux saisons. Un dernier défi quatre étoiles pour le All Black de 33 ans, auteur d’une saison décevante jusqu’à présent. Il y retrouverait Ma'a Nonu, sur le point de prolonger.

Luke McAlister jouera encore en rouge et noir la saison prochaine. Comme nous vous l'apprenons dans notre édition du jour, le Toulousain a décidé de rejoindre Toulon en juin 2017, au terme de son actuel contrat. Le demi d’ouverture de 33 ans (30 sélections) avait été proche de s’engager avec La Rochelle, début décembre, mais la tendance s’était, depuis, inversée en la faveur du club varois, comme indiqué dans nos colonnes jeudi dernier. L’engagement, alors annoncé comme imminent, s’est depuis matérialisé : le All Black a signé en faveur du RCT pour deux ans. Mourad Boudjellal s’attache ainsi les services d’un joueur dont il ne cachait pas être un admirateur depuis 2007. Du côté de Berg, le polyvalent trois-quarts, capable d’évoluer à l’ouverture et au poste de premier centre, compensera le départ acté de Matt Giteau, constamment ralenti par les blessures.

 

Nonu, prolongation imminente

Il pourra être utilisé en 10, en alternance avec François Trinh-Duc et Pierre Bernard, ou en 12 aux côtés de Ma’a Nonu (34 ans, 103 sélections). Le contrat de ce dernier devrait d’ailleurs être prochainement prolongé. La venue de Luke McAlister représente un coup médiatique certain mais aussi un véritable pari sur le plan sportif. Car si le talent du héros de la finale de 2011 reste indéniable, il a perdu de sa superbe depuis deux ans, entre blessures et performances décevantes, au point d’être désormais devancé par Jean-Marc Doussain dans la hiérarchie des ouvreurs du Stade toulousain. Ses actuels dirigeants avaient d’ailleurs rapidement décidé de ne pas le conserver cet automne et de le remplacer par le Rochelais Zach Holmes, dont il aurait pu prendre la relève à Marcel-Deflandre. L’ancien joueur des Auckland Blues et des Sale Sharks devra finalement prouver à Mayol qu’il reste bel et bien un joueur de classe mondiale. Mourad Boudjellal, audacieux sur le coup et par ailleurs habitué à relancer des gloires sudistes sur le déclin (Bakkies Botha, Ali Williams, Juan Smith…), ne lui en demandera pas moins.

 

Par Vincent Bissonnet avec Pierre-Laurent Gou

Vincent Bissonnet
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?