Insolite : Les Savea, futures stars du tennis ?

  • Insolite : Les Savea, futures stars du tennis ?
    Insolite : Les Savea, futures stars du tennis ?
Publié le

À l’occasion d’un match de charité en ouverture du tournoi de tennis de Auckland, Ardie et Julian Savea ont enfilé la tenue de Federer. Une exhibition face aux sœurs Williams, pleine de surprises.

Qui l’eut cru ? La fratrie dévastatrice des All Blacks sur un court de tennis. Opposé à ce qui se fait de mieux sur le tour mondial, les Sœurs Williams, les chances des deux Néo-Zélandais étaient minces. Autant arrêter le suspense immédiatement, les « Saveas Brothers » n’ont pas vraiment rivalisé avec leurs adversaires du jour mais ont fait le spectacle malgré le stress, comme le déclarait Ardie : « Nous étions plus nerveux en attendant dans les vestiaires que lors d’un test match de rugby. On se sentait comme des petits enfants. Lorsque nous sommes arrivés sur le court, on s’est retrouvé comme, « Oh mon Dieu ! » Nous étions ébranlés. » Un sentiment peut être dû au manque de pratique des deux rugbymen, Ardie ajoute : « J’ai commencé le tennis à peu près il y a trois jours (rires), par contre, Julian, lui, se prend pour un tennisman, il essaye d’y aller tout le temps (rires). » À la mimique de son frère à la suite de cette phrase, on comprend très vite que c’était une blague.

 

Julian Savea : « J’étais complétement perdu »

Pour l’ainé de la fratrie, le tennis semble être un autre monde, faire une chistera est plus simple que de réussir un revers, comme l’international Néo-Zélandais l’explique après le match : « C’était intéressant de voir des choses différentes. J’ai trouvé amusant de se retrouver dans un univers bien différent du nôtre, bien que l’on soit un sportif de haut niveau lorsque nous nous retrouvons face à de telles adversaires, on est dans la position du débutant comme un autre. À l’entame, j’étais complétement perdu. » Pas vraiment à l’aise raquette en main, Julian Savea a eu le droit à une réplique de celle avec laquelle il avait débuté, mais en version massive, ce qui au final lui à mieux réussit : « J’ai eu besoin d’une plus grosse raquette pour rattraper les balles (rires), ça m’a bien aidé. Il faut que je m’entraîne ». Il faut croire que les rugbymans ont besoin de poids pour gérer leur force. Ardie de son côté a montré qu’il pouvait être plutôt bon en jouant très simple, à l’image du jeu des All Blacks, pas de fioritures mais efficace. Leurs adversaires du jour, les sœurs Williams ont apprécié le divertissement, comme le confie Venus : « Je ne m’attendais pas à un tel show, avec un tel engagement. Ces gars ont été formidables. C’était facile pour moi, mais eux avaient le mauvais rôle, ils ont assuré. » Malgré la difficulté, les All Blacks qui pèsent à eux deux, 64 sélections avec les champions du monde, se sont permis quelques facéties de haute volées surprenant parfois les deux Américaines et ont surtout rapporté 43000 euros à l’association pour les victimes du tremblement de terre survenu en novembre dernier.

 

Par Damien Chabbert

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?