Qui arrêtera les Saracens ?

  • Qui arrêtera les Saracens ?
    Qui arrêtera les Saracens ?
Publié le , mis à jour

Irrésistibles depuis le début de la saison, les Saracens font figure de favori à leur propre succession au titre européen. Et ils viennent d’enrôler le colosse australien Will Skelton…

Les Saracens vont bien, merci pour eux. À tel point que l’on se demande bien quelles résolutions ils ont pris le soir de la Saint-Sylvestre si ce n’est celle de continuer ainsi, c’est-à-dire de marcher sur l’Europe et l’Angleterre comme ils le font actuellement. Leaders de leur poule en Coupe d’Europe avec 18 points et seconds du championnat anglais à un point des Wasps, les coéquipiers de Brad Barritt ont eu tout le loisir de passer des fêtes de fin d’année bien au chaud. Il y a une dizaine de jours, on pouvait les voir sur les réseaux réunis dans une station de ski, en Autriche, tous déguisés de la tête aux pieds pour leur traditionnel « Christmas Party ».

Le demi de mêlée Richard Wigglesworth et le prodige Maro Itoje déguisés en Rois Mages, le numéro 8 Jackson Wray en Madame Noël, d’autres en pingouins ou en bonhommes de neige. Ces images, cocasses, on fait le bonheur de leurs supporters. Mais elles tranchaient aussi franchement avec la terreur qu’inspire désormais la bande à Mark McCall qui ne cesse de faire honneur à son identité de « meute de loups » (« Wolfpack » en anglais, pour désigner son système de jeu qui met constamment l’équipe adverse sous pression).

Skelton, le colosse de plus

Seulement, la meute a récemment enregistré l’arrivée d’un nouveau loup, encore plus gros que tous les autres. Ce loup, c’est Will Skelton, le deuxième ligne australien de 24 ans aux mensurations de géant (2,03 m, 135 kg). « C’est le plus grand être humain que j’ai jamais vu », dixit McCall. Ils sont comme ça, les Skelton. « J’ai deux frères, Cameron, 21 ans et Logan, 16 ans, et ils sont plus grands que moi ! Logan doit d’ailleurs me dépasser d’une tête ! » s’exclamait l’intéressé. Recruté pour une pige de sept semaines, le Wallaby va donc encore muscler un pack qui concassait déjà tout le monde. Alors, que va apporter Skelton ? De la puissance, et encore de la puissance, pardi : « Pour réussir en rugby, il faut du physique et de l’intensité. Surtout pour moi, qui ne suis là que pour quelques semaines. À chaque fois que touche le ballon ou que je fais un plaquage, je dois tout casser, c’est comme ça. Michael Cheika m’a appris à me servir de mon corps comme d’une arme. Mais je veux montrer que je ne suis pas qu’un grand corps, et que je peux faire jouer derrière moi. »

Son arrivée a une autre conséquence : celle, toute aussi effrayante, de décaler durablement l’excellentissime deuxième ligne anglais Maro Itoje au poste de flanker. Ajoutez de l’autre côté le non moins excellent Michael Rhodes (1,97 m ; 110 kg), et vous comprendrez pourquoi les meilleurs ouvreurs du Vieux Continent auront du souci à se faire…

Et même si Rhodes ne joue pas, ou si Itoje est retenu avec le XV de la Rose, les Sarries peuvent toujours aligner l’ancien capitaine des Boks, le flanker Schalk Burger qu’ils ont recruté à l’intersaison. Pénibles ? Vous avez dit pénibles ?

Simon Valzer
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?