La libération biterroise

  • La libération biterroise
    La libération biterroise
Publié le , mis à jour

Le nouveau staff de l’ASBH, David Aucagne et David Gérard, signe de la plus belle des manières leur première, en décrochant un succès bonifié (cinq essais à zéro) face à Angoulême, vital pour le moral. Les Biterrois, toujours relégables, refont un peu de leur retard sur le premier relégable, Dax. Les Angoumoisins repartent eux bredouilles de la Méditerranée et peuvent nourrir des regrets à la vue des belles intentions de jeu affichées notamment leur “explosion” de fin de match.

LE MATCH

L’ABSH respire enfin après avoir passé un mois de décembre en apnée ! Au terme d’un premier acte plaisant où le rugby de mouvement fut privilégié, les biterrois virent en tête grâce à un essai d’Elijah Niko, transformé par Lachie Munro et deux pénalités du numéro dix néo-zélandais. Entreprenant, avec des cellules d’avants très mobiles qui n’hésitent pas à se proposer dans la ligne de trois-quarts, les Héraultais ont dominé les vingt premières minutes. Emmenés par une mêlée conquérante, ils se sont créés plusieurs occasions franches non converties. Constat identique pour les Charentais, fébriles défensivement mais très en jambes en attaque, qui ont franchi à trois reprises sans parvenir à scorer. Pue aidés par leurs buteurs, qui ont laissé six points en route…

Le second acte tourne d’abord à l’avantage des visiteurs qui monopolisent le ballon mais ne réussissent toujours pas à bonifier leurs intentions. Et alors qu’ils étaient revenus à quatre points des Biterrois, ils vont se faire punir par deux essais de Julien Blanc en trois minutes, qui offrent le bonus offensif à ses coéquipiers. Confirmé par le quatrième essai de Jordan Puletua marqué en solitaire après un gros travail de Gmir et le cinquième de Meité, sur la sirène.  Un scénario cruel pour Angoulême, qui a “explosé” après l’heure de jeu en encaissant quatre réalisations. Et une fin rêvée pour l’ASBH, qui décroche les cinq points.   

 

L’ESSAI DU MATCH

Elijah Niko marque son 24e essai sous les ordres de David Aucagne (23 avec Pau en deux saisons) et sa cinquième réalisation sous les couleurs de Béziers cette saison. Au terme d’une action de toute beauté. Après une multitude de temps de jeu, le ballon arrive dans les bains de Jean-Baptiste Peyras-Loustalet. L’arrière navigue en travers avant de s’engouffrer dans une brèche pour percée le rideau défensif adverse. Proche de la ligne de touche, il trouve Elijah Niko après contact d’une passe de basketteur. L’ailier place alors un cadrage-débordement foudroyant qui laisse les Angoumoisins sur place et résiste au retour d’un défenseur pour plonger dans l’en-but. Un essai libérateur, qui permet au Rouge et Bleu de faire le premier break dans cette rencontre (13-3).

 

LE FAUX TOURNANT

Soyaux-Angoulême reçoit deux cartons jaunes en… Une minute ! En l’espace de soixante secondes, les Blanc se sont tirés deux balles dans le pied. C’est d’abord le capitaine Adrien Ayestaran qui se fait exclure en premier, pour avoir marché sur un adversaire au sol afin de libérer un ballon (signalé par l’arbitre de touche). Alors que son équipe venait d’obtenir une faute dans les vingt-deux mètres adverses. Pénalité retourné et une belle occasion de gâchée. Pis encore, sur l’action suivante, Peyras-Loustalet se fait sèchement plaquer par Paulin Riva, qui reçoit à son tour un jaune. Et condamne son équipe à évoluer à treize contre quinze pendant neuf minutes… Mais ce handicap n’a eu au final aucun effet négatif, puisqu’ils n’ont encaissé aucun point en infériorité numérique.

 

L’HOMME DU MATCH

L’homme qui tombe à pic. Julien Blanc, un remplaçant de luxe qui a fait basculer la rencontre en trois minutes. Entré à la 57e minute de jeu, le demi de mêlée a inscrit un doublé plein d’opportunisme au moment où son équipe était au plus mal. Grâce à ses deux réalisations, blanc a permis Béziers de décrocher le bonus offensif.  A noter également le 100% de réussite au pied de Lachie Munro, auteur de seize points.                                        

 

LES MEILLEURS

À Béziers : Niko, Peyras-Loustalet, Maamry, Ramoneda, Fernandes, Pinto Ferrer, Blanc

À Angoulême : Solofuti, Bolakoro.                                                                   

 

Par notre envoyé spécial, Julien Louis

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?