Brive douche Grenoble

  • Brive douche Grenoble
    Brive douche Grenoble
Publié le

Longtemps devant au score, les Grenoblois ont cru se relancer dans l'opération survie et tenir leur premier succès en déplacement. Mais c'est finalement le CABCL qui l'a emporté sur le fil (23-22).

Le résumé :

En un sens, c'est un match au scénario fou auquel ont assisté les spectateurs d'Amédée-Domenech. Menés 7-12 à la pause, même s'ils avaient inscrit le seul essai de la première mi-temps, les Grenoblois avaient les deux pieds en Pro D2. La faute au pied droit de Gaëtan Germain. Mais il était écrit que les Isérois voulaient mourir les armes à la main. Ce sont donc eux qui sonnaient la révolte en début de seconde période. Jusqu'à, après avoir marqué un essai sur un groupé pénétrant conclu par Arnaud Héguy (44e), s'offrir l'essai du bonus offensif par l'intermédiaire de Charles McCleod (53e). Le FCG passait devant au tableau d'affichage (22-15) et se mettait à rêver. Il n'en fallait pourtant pas plus pour réveiller enfin les Corréziens. Un essai de Fabien Sanconnie (62e) puis une pénalité de Germain (75e) et le CABCL douchait les espoirs du CABCL (23-22). Un petit miracle.  

 

Le joueur : Fabrice Estebanez

Pour sa dernière saison de joueur professionnel, il n'a pas raté son retour à Brive, là où il s'est révélé à la fin des années 2000. Fabrice Estebanez a été omniprésent ce samedi sur la pelouse d'Amédée-Domenech. Extrêmement tranchant sur chacune de ses interventions, il a déchiré la défense briviste à plusieurs reprises. Surtout, son expérience et sa science du jeu lui ont permis de créer de nombreux décalages et de trouver des intervalles précieux. Jusqu'à jouer rapidement une pénalité à la main à la 53e provoquant l'essai de Charles McLeod (voir ci-dessous). En clair, en plus d'avoir été un point de fixation redoutable pour le FCG, il a été carrément décisif dans la relance de la saison iséroise.  

 

L'essai :

À cet instant de la rencontre, c'est Brive qui menait au score (15-12). On disputait la 53e minute et les Grenoblois, qui sentaient clairement l'exploit à leur portée, montaient en puissance. Moment choisi par Fabrice Estebanez pour jouer une pénalité rapidement à la main, sur les quatre mètres brivistes et au cœur de la défense corrézienne. Le trois-quarts centre international pénétrait, tout en puissance, et fixait avant se servir au contact Charles McLeod, lequel venait se proposer à hauteur. Tout juste entré en jeu, le demi de mêlée accélérait pour semer les ultimes défenseurs adverses et s'en allaient inscrire le troisième essai du FCG. Celui du bonus offensif...  

 

Le tournant : 

Clairement, la faillite des buteurs grenoblois a coûté très cher au FCG. Mais ce sont surtout deux coups de pied manqués qui ont puni les Isérois les ont privés de succès en Corrèze. D'abord la transformation ratée par Gilles Bosch à la 45e minute. Celle-ci était en coin alors que le FCG aurait pu espérer récupérer un essai de pénalité sur l'action et donc bénéficier d'un coup de pied face aux poteaux. Celle, enfin, de Jonathan Wisniewski à la 71e minute. L'ouvreur, pourtant buteur artilleur fiable, avait l'occasion de donner cinq points d'avance aux siens. En bonne position, il voyait sa pénalité fuir les barres... Comme le droit de rêver.

Jérémy Fadat
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?