Toulouse renverse Paris

  • Toulouse renverse Paris
    Toulouse renverse Paris
Publié le , mis à jour

Le Stade Toulousain s'est montré dominant et s'en est finalement sorti (15-18). Pourtant rien ne donnait les Toulousains vainqueur de ce vieux clasico à dix minutes de la fin. 

Le résumé

Toulouse n'était pas venu à Paris pour faire du tourisme et cela s'est vu dès le coup d'envoi de la rencontre. Huget et Fickou mettaient le feu dans la défense parisienne. Ce vent de folie allait s'avérer éphémère. Un maul toulousain poussait le Stade Français à la faute mais Marques ratait son coup de pied. Au bout de vingt minutes, pas grand chose à se mettre sous la dent, et un tableau d'affichage toujours vierge. Le moment choisi par Jules Plisson pour ouvrir le score et réussir un deuxième coup de pied (6-0, 24e). Côté toulousain, les hommes d'Ugo Mola font preuve d'un cruel manque de réalisme. Juste avant le retour aux vestiaires, les Rouge et Noir obtiennent une pénalité qui permet enfin à Marques d'ouvrir le score et à Toulouse  de souffler (9-3, 40e). 

Au contraire du premier acte, le début de la deuxième mi-temps est clairement parisienne, le Stade Français donne le ton et  Jules Plisson claque le drop (12-3, 46e). Le jeu s'inverse. Toulouse n'arrive pas à percer le rideau défensif parisien et Samuel Marques, en dedans aujourd'hui, rate la pénalité à  22 mètres en face des poteaux. Il faut attendre la 50ème pour voir Toulouse se montrer un peu plus tranchant dans ses offensives dans le sillage du nouvel entrant Christopher Tolofua. Marques règle la mire (12-6, 52e). Plisson en grande forme passe lui aussi les points au pied (15-6, 53e). Mais c'est Toulouse qui a la main sur le ballon et investit le camp parisien. Les parisiens écroulent un maul toulousain à une nouvelle reprise. Carton jaune logique pour le seconde ligne Gabrillagues. Les Toulousains en supériorité numérique usent de leur force pour franchir. Il aura fallu quatre mêlées consécutives avec introduction toulousaine pour finalement rendre le ballon aux Parisiens. Mais c'est sans compter sur dix dernières minutes de folie de Toulouse. Yoann Huget plante deux essais et permet à son équipe de s'imposer au Stade Français (15-18, 76e).

 

Le tournant

Le carton jaune reçu par Gabrillagues à l'heure de jeu (63ème) a été important dans la sortie de route parisienne. Dominés en mêlée fermée, en souffrance face au jeu destructeur des Toulousains, les Parisiens n'ont pas réussi à se sortir de l'emprise Rouge et Noire. À 14 contre 15, cela a été pire. Toulouse a su en profiter. Le Stade Français a multiplié les fautes en quelques minutes. La puissance des mauls toulousains mettent en péril la défense parisienne. Une nouvelle fois ça s'écroule. Le ballon sort, Toulouse est à cinq mètres mais ne franchit pas. L'arbitre revient à la faute sur le groupé-pénétrant et sanctionne logiquement le seconde ligne Paul Gabrillagues d'un carton jaune. 

 

L'action 

L'essai de Yoann Huget à la 74e. Alors que le Stade Toulousain se montre dominant et vient tout juste de mettre son premier essai, Yoann Huget plante le couteau dans la plaie et signe un doublé. Un essai litigieux qui demande l'aide de l'arbitrage vidéo. Après une relance au pied de Maxime Médard, l'arrière et son l'ailier suivent la balle. Médard ne commet pas d'en-avant en tapant dans la main de Flood. Perturbé ce dernier stoppe sa course. Huget qui a suivi tout le long de l'action est le plus rapide derrière la balle et plante l'essai de la gagne.

 

Le joueur : Yoann Huget

Auteur d'un doublé (72e, 76e), Yoann Huget a permis de redonner du souffle à ses coéquipiers et de croire en la victoire. L'international français, en forme depuis quelques semaines est en train de signer son retour. De bon augure avant le coup d'envoi du prochain Tournoi des Six Nations.

 

Les meilleurs

Au Stade Français : Gabrillagues,  Lakafia, Parisse, Plisson.

Au Stade Toulousain : R.Gray, Huget, Kunatani, Médard, Tolofua, Galan.

 

 

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?