• France Féminines : Les filles vont-elles aller au clash ?
    France Féminines : Les filles vont-elles aller au clash ?
Publié le / Modifié le
Compétitions

France Féminines : Les filles vont-elles aller au clash ?

L’éviction de Jean-Michel Gonzalez et la composition du nouveau staff ne passent pas auprès des joueuses. Une action coup de poing pourrait être décidée lors du stage organisé en corse.

Le XV de France féminin ne débute pas l’année dans les meilleures conditions, à un mois du début du Tournoi des 6 Nations et à sept mois de la Coupe du monde en Irlande. L’éviction récente de Jean-Michel Philippe Gonzalez et Philippe Laurent a suscité une vive réaction au sein du groupe. Ce mercredi, les trente-six joueuses actuellement sélectionnées ont demandé des comptes aux nouveaux patrons du rugby français à Marcoussis et à Annick Hayraud, la manager du XV féminin, présente en 29e position sur la liste de Bernard Laporte. La veille, sur les ondes de France Bleu Pays basque, d’eux d’entre elles, Céline Ferer et Amaya Gonzalez, la fille de l’ancien sélectionneur, avaient émis l’idée d’une action coup de poing en guise de protestation : « Ça fait deux ans et demi que l’on prépare la Coupe. Et l’on nous enlève nos dirigeants à six mois de l’échéance qui auraient pu nous amener à quelque chose de grand. Nous avons l’impression que c’est la décision d’une seule personne. Nous avons songé à ne pas nous rendre au stage en Corse mais ça sera une décision collective. Nous allons surtout nous rassembler, discuter entre nous, tout le monde doit donner son avis. En tout cas, on va demander à retrouver notre staff. Parce que nous ne révolutionnerons pas en six mois les deux ans et demi de préparation. »

Gonzalez : « déjà eu assez de remous »

Le stage, organisé, en cette fin de semaine, en Corse, en vue du Tournoi des 6 Nations promet d’être animé et décisif pour l’avenir. Ce mercredi, ni Samuel Cherouq, le nouvel entraîneur, ni Gaëlle Mignot, la capitaine, n’ont répondu à nos sollicitations. Joint au téléphone pour réagir à ces derniers rebondissements, le partant Jean-Michel Gonzalez s’est très brièvement exprimé sur ce sujet : « Je n’ai plus rien à ajouter. Il y a déjà eu assez de remous autour de cette histoire. Des gens ont fait des choix, c’est fini, c’est comme ça. Que les filles se concentrent sur ce qu’elles ont à faire…» Pour l’heure, les têtes ne sont pas encore au « crunch » du 4 février prochain. D’ici là, les féminines vont-elles aller jusqu’au clash ? On en saura déjà plus au retour de stage de Corse… Notons aussi que le manager des féminines du Stade bordelais, Mathieu Codron, est débarqué des moins de 20 ans France et remplacé par Laurent Delpech qui avait été éconduit du Stade bordelais la saison dernière après un coaching désastreux. Et en même temps faut-il s’étonner qu’après un changement de gouvernance, les divers responsables soient tenus de céder la place ?

Vincent Bissonnet
Voir les commentaires
Réagir