• Gérard Landri : « Nous ne pouvons pas passer à côté »
    Gérard Landri : « Nous ne pouvons pas passer à côté »
Publié le / Modifié le
Compétitions

Gérard Landri : « Nous ne pouvons pas passer à côté »

Gérard Landri, actuel président de Villelongue, revient sur la première phase et sur la rencontre face à Bordeaux qui laisse un sentiment d’amertume.

Pour cette première expérience en Armelle-Auclair que retenez-vous de cette phase aller de championnat ?

L’an dernier, notre saison a été euphorique avec l’accession en Armelle-Auclair et le titre de champion de France de Fédérale. Titre qui a été acquis avec l’arrivée de douze joueuses chevronnées. Cette année, nous n’avons presque pas recruté si ce n’est l’arrivée de dix joueuses qui évoluent toutes en équipe réserve. Avec un effectif qui est semblable à celui de la précédente saison, je suis assez satisfait des résultats et du comportement de mon équipe au sein d’une compétition qui est particulièrement relevée. Des équipes comme Bayonne, Lons, Bordeaux ont vraiment l’étoffe du Top 8. En début de saison, nous visions le maintien. En cette période de trêve, nous sommes en course pour obtenir la quatrième place qualificative. Actuellement, mon équipe est cinquième à un point derrière Tarbes, mais c’est la quatrième place qu’elle devrait normalement occuper. Lors de la réception de Bordeaux. Je ne mâche pas mes mots, mon équipe a été victime d’un hold-up.

C’est-à-dire ?

Ce jour-là, le directeur de jeu n’a pas été à la hauteur de l’évènement. Sa prestation est tout simplement inadmissible. D’ailleurs, les dirigeants bordelais ont reconnu que notre défaite (17-14) était totalement injuste. Son incompétence nous a privés d’une victoire. à la dernière seconde de jeu, l’ailier de Bordeaux commet un en-avant flagrant, toutes les joueuses s’arrêtent, l’arbitre ne siffle pas, l’attaquante bordelaise reprend le ballon et file à l’essai qui offre la victoire à sa formation. Avec une victoire supplémentaire, Villelongue avec son budget de 30 000 euros serait en position de qualifiable. J’affirme et maintiens qu’un arbitre peut plomber une saison et un club. Après la rencontre, j’ai refusé de le payer. Je sais que son dossier est à l’étude à la fédération.

Comment se présente la suite de la saison ?

Pour la qualification, le trio Bayonne, Lons, Bordeaux a fait le trou. En revanche pour la quatrième place, nous sommes quatre équipes pour une place. Tarbes, la Rochelle, l’Usap et Villelongue vont lutter pour obtenir cette quatrième place qualificative. Le premier match de l’année civile nous amène à Castres, le dernier de la poule. Ensuite, c’est la réception de Tarbes. Vous avez compris que nous ne pouvons pas passer à côté de ces deux rendez-vous. Je le répète sans cette défaite injustifiée face à Bordeaux, mon équipe serait un peu plus maîtresse de son destin.

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir