FC Lourdes: Dans la boucle de Gestion

  • FC Lourdes: Dans la boucle de Gestion
    FC Lourdes: Dans la boucle de Gestion
Publié le , mis à jour

En difficulté dans leur championnat, les Bigourdans ont eu droit à une dure journée de stage chez les sapeurs pompiers. Riche en enseignements.

Les rugbymen lourdais savent qu’on va leur demander de jouer les pompiers pour éteindre, sur le terrain, les risques inhérents à une saison qui n’a pas encore décollé et des résultats qui se font attendre. Mais ce qu’ils ignoraient, c’est que la mobilisation serait décrétée sous la forme d’une immersion au cœur du quotidien des soldats du feu professionnels. Cette initiative originale, ils la doivent à leur entraîneur des avants Christophe Gasca, adjudant-chef, conseiller sportif des sapeurs pompiers des Hautes-Pyrénées. Encadré par six formateurs tous spécialisés, l’effectif seniors du FCL a découvert au cours d’une journée d’une rude intensité, la dure réalité du travail physique et mental, mais aussi les valeurs communes au rugby et pompiers : goût de l’effort, altruisme, partage, courage. Les Lourdais ont dû résister à un raid de cohésion, puis, sur le site de l’école départementale des sapeurs pompiers, enchaîner quatre plateaux techniques de 40 minutes chacun. Le redoutable programme identique à celui des recrues, comportait un parcours adapté opérationnel (PAO) incendie par binômes chronométrés (compétition) ; un secours à personne (SAP) spécial commotion ; un PAO mixte dans la tour de manœuvre. Parcours de survie et sauvetages ; un caisson feu avec mise en situation face au danger d’un « feu d’appartement », reconnaissance et sauvetage d’un mannequin, le tout avec masque et bouteille d’air.

Trouver des solutions

à partir du constat établi par l’encadrement technique lourdais d’un déficit de ses joueurs dans la prise de décision, et de la nécessité d’identifier les leaders et les soldats pour une meilleure hiérarchisation et, de fait, une plus grande efficacité dans l’action, les joueurs se sont investis sans tricher. Le coach des lignes arrières, Jean-Paul Trille a lui aussi fait une découverte de laquelle ont découlé de nombreuses questions. Christophe Gasca n’émet aucun doute, l’expérience est une réelle réussite : « Je préconise qu’on sorte les joueurs de leur zone de confort et c’est ce que nous avons fait. Les formateurs ont été surpris de leur faculté d’adaptation. Nous avons sur le terrain un souci de prise de décision par manque de leadership et nous voulions voir ce qu’il se dégageait de cette journée en milieu hostile avec du feu, de la hauteur, du confinement. Les joueurs ont beaucoup analysé, ils ont pris sur eux pour trouver des solutions et prendre des décisions. Ca a été riche. » Persuadé que la partie mentale, psychologique, n’est pas réellement explorée chez le joueur, le coach-pompier attache une importance primordiale à la « boucle de gestion » dont la maîtrise est indispensable chez les soldats du feu. Christophe Gasca cite volontiers un exemple concret : « Le ruck c’est aujourd’hui le nerf de la guerre, la prise d’info va positivement influencer la décision si l’analyse est bonne. Un joueur n’est pas mono tâche. » La fameuse boucle de gestion il la traduit ainsi : « Prise d’infos - analyse - décision - pré action - action. »

Originaire de Romans et encore imprégné des fameuses rencontres avec Lourdes, le Colonel Patrick Heyraud Directeur départemental d’incendie et de secours, s’était empressé de valider l’initiative des rugbymen lourdais. La clôture du stage s’est effectuée en présence des dirigeants du FCL Pierre Masseboeuf, Christian Domec, Michel Hauser, Antoine Fernandez, et tous ont espéré qu’il s’était produit ce jour là un phénomène de prise de conscience collective.

Par Gérard Piffeteau

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?