Cruel pour Toulouse

  • Cruel pour Toulouse
    Cruel pour Toulouse
Publié le , mis à jour

Pourtant héroïques et auteurs du match parfait, les Toulousains ont laissé filer un exploit retentissant en encaissant un essai à la dernière minute (17-14).

Le résumé :

C'est terrible. Il n'existe aucun autre mot, tellement les Toulousains ont été héroïques sur la pelouse du leader du championnat anglais... Jusqu'à la dernière minute, les hommes d'Ugo Mola ont cru tenir un exploit majuscule. Ils menaient en effet de quatre longueurs quand, acculés sur leur ligne d'en-but, ils ont fini par craquer, laissant Robson jouer une pénalité vite à la main et tuer les espoirs stadistes. Une défaite (17-17) qui n'élimine pas les Français de la course aux quarts de finale mais qui va laisser de profonds regrets. Car les essais de Yoann Huget (52e) et celui de pénalité derrière un ballon porté (72e) les avaient récompensés de leurs efforts immenses. Les coéquipiers de Thierry Dusautoir ont enchaîné les séquences défensives mais ont lâché à deux reprises. Sur la première, Elliot Daly a libéré la Ricoh Arena (63e). Sur la deuxième, Toulouse a laissé filer un succès de prestige. Et l'on pensera longtemps aux six points ratés au pied en première période...

 

Le joueur : Thierry Dusautoir

Quel champion ! Décevant il y a deux semaines lors de la victoire de prestige toulousaine face au leader clermontois, Thierry Dusautoir savait sa place de titulaire en danger à l'approche des rendez-vous européens. Il avait déjà apporté une réponse marquante lors du succès stadiste à Paris voilà six jours. Suffisant pour que son staff l'aligne de nouveau dans le XV de départ à Coventry. Bien lui en a pris. L'ancien capitaine des Bleus a notamment réalisé un début de match phénoménal. Véritable poison dans les zones de ruck, il a récupéré deux pénalités dans les vingt premières minutes. Mais, si son activité défensive fut encore une fois impressionnante, il a également été très en vue sur le plan offensif. En se proposant à de multiples reprises en premier attaquant, il a constamment avancé dans le rideau anglais. Et montré la voie à ses partenaires puisqu'il fut même décisif sur l'essai de Yoann Huget.

 

L'essai :

Impossible de ne pas évoquer cet ultime action. Les Wasps enchaînaient les temps de jeu dans le camp toulousain depuis cinq minutes. On jouait alors la 80e quand, absolument dantesque jusque-là, la défense stadiste se mettait à la faute. Pas assez attentive, elle laissait Dan Robson jouer cette pénalité rapidement à la main et marquer l'essai de la victoire anglaise sous le nez de Yoann Maestri. Jimmy Gopperth n'avait plus qu'à prendre son temps pour transformer et assurer le succès des siens. Cruel.

 

Le fait :

Comment ne pas évoquer ces deux coups de pied manqués par Jean-Marc Doussain dans la première demi-heure ? Les Toulousains avaient réalisé l'entame parfaite, parvenant à contrer leurs adversaires et à porter le ballon dans le camp anglais. Jusqu'à glaner une première pénalité, dès la 11e minute, sur les vingt-mètres, presque en face des poteaux. En position idéale, l'ouvreur stadiste ratait pourtant l'opportunité de donner l'avantage aux siens. Plongé dans le doute, l'international avait néanmoins l'occasion de se rattraper un quart d'heure plus tard (25e), pour une tentative encore largement à sa portée. Mais le ballon fuyait à nouveau les perches... Et ce sont les Wasps qui ouvraient le score cinq minutes après. Le problème des buteurs toulousains est récurrent et cela s'est une nouvelle fois vérifié.

 

Les meilleurs :

Aux Wasps : Launchbury, Young, Hughes, Gopperth, Daly, Beale.

Au Stade toulousain : Baille, Tekori, Dusautoir, T. Gray, Cros, David, Huget.

Jérémy Fadat
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?