Perpignan tient sa revanche

  • Perpignan tient sa revanche
    Perpignan tient sa revanche
Publié le , mis à jour

Lourdement défait au match aller, l’Usap n’a pas manqué l’occasion de prendre sa revanche en disposant d’Aurillac 41-20. Les Catalans s’offrent leur quatrième bonus offensif en cinq matchs à Aimé-Giral et confirment leur bonne forme à domicile.

Le résumé

Au pied du mur et animé par l’esprit et l’envie de bien faire, l’Usap n’a pas manqué son entame de match le tout disputé avec des conditions de jeu particulières en raison du vent tourbillonnant sévissant à Aimé-Giral . C’est en tout cas ce que l’on pouvait  dire du premier acte de la rencontre prenant le contrôle du ballon avec une possession outrageuse, les Catalans ont sans cesse envoyé du jeu. Le premier essai signé Tom Ecochard après une belle passe après contact de Julien Farnoux récompensait la détermination catalane, symbolisée au tableau d’affichage par le score de 8-3. Aurillac se contentait de faire le dos rond, et se trouvait sans réelle solution, renvoyé dans son camp jusqu’à la 23ème et une deuxième incursion dans les 22 catalans après une avancée du nouvel entrant Maninoa.

Thomas Salles convertissait la deuxième pénalité des Cantaliens à la 24ème. L’Usap un peu plus en difficulté s’appuyait sur son demi de mêlée Tom Ecochard, filou qui piquait un ballon sur le côté d’un regroupement. Le dernier quart d’heure de la première mi-temps était entièrement catalan avec un essai de pénalité et une nouvelle réalisation d’Oliver Tomaszcyk qui donnait le bonus offensif aux Sang et Or.

Aurillac inscrivait trois nouveaux points au retour des vestiaires par Salles et le score était de 22-12 à la 44ème. Le temps pour l’Usap de remettre la main sur le ballon. Les Catalans, dominants en mêlée fermée, se voyaient pénalisés dans ce secteur de jeu  à la 47ème alors qu’ils étaient dans le camp d’Aurillac. Mais il en fallait décidément plus pour contrarier les coéquipiers de Tom Ecochard. Les trois-quarts se mettaient au diapason de leurs avants par une jolie combinaison à la 50ème qui envoyait Jonathan Bousquet derrière la ligne d’en-but. Un quart d’heure plus tard, et malgré un carton jaune pour Julien Farnoux  à la 53ème, Sione Piukala allait derrière l’en-but pour un cinquième essai catalan. Perpignan, bien décidé à ne pas encaisser d’essais, se montrait intransigeant en défense . Yohan Vivalda plutôt bien remis d’une méchante grippe  avait visiblement retrouvait ses jambes de 20 ans en perçant dans la défense aurillacoise pour un sixième essai. Le carton jaune de Carbou ainsi que l’essai pour l’honneur de Théo Nanette côté Aurillac  ne changeaient rien. Perpignan est souverain sur ses terres. 

L’essai 

À la 50ème minute, Perpignan tient le ballon dans le camp d’Aurillac et sur un lancement de jeu propre Bousquet va inscrire le quatrième essai des siens, décalé sur son aile par Julien Farnoux. L’ailier met les gaz et va aplatir un joli essai.

Le joueur

Lucas Bachelier

Le troisième ligne, pur produit catalan, natif de Porta en Cerdagne a confirmé son réel poids sur son équipe. Quand il n’est pas là, l’Usap apparaît moins dynamique et moins pénible. Défensivement précieux de par son abattage dans les rucks et sa capacité de contest, celui qui fut capitaine des –20 ans de l’équipe de France a sorti un match royal. Il s’est même offert quelques percées bienvenues dans la défense cantalienne et avec son compère alter-ego Alan Brazo il a guidé les siens pour offrir à l’Usap une belle revanche et un beau succès. À suivre.

Les meilleurs

À Perpignan : Mailau, Tomaszcyk, Bachelier, Brazo, Lemalu, Ecochard, Cocagi, Farnoux.

À Aurillac : Ravai, Maninoa, Lilomaiava, Salles.

 

De notre envoyé spécial, Enzo Diaz

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?