XV de France : quels hommes pour le Crunch ?

  • XV de France : quels hommes pour le Crunch ?
    XV de France : quels hommes pour le Crunch ?
Publié le , mis à jour

Entre les blessures et les méformes du moment, c’est un groupe légèrement modifié, par rapport à novembre, que devrait annoncer Guy Novès cette semaine. Tour d’horizon.

Ce mercredi, le sélectionneur du XV de France Guy Novès communiquera une liste de 32 joueurs appelés à préparer le prochain Tournoi des 6 Nations. Une liste qui connaîtra forcément quelques retouches. D’abord, les Bleus déplorent plusieurs blessés. Jefferson Poirot, le pilier de l’UBB, victime d’une lésion musculaire au mollet droit, est forfait pour l’ensemble de la compétition. Au nom de la continuité et de la cohérence prônées par Novès, le Toulousain Cyril Baille, qui a fêté sa première cape lors de la tournée de novembre, devrait être reconduit. La deuxième place sera tranchée en début de semaine entre Ben Arous, plus mobile et de retour de blessure, et le Toulonnais Xavier Chiocci.

À l’ouverture, François Trinh-Duc n’est toujours pas remis de sa fracture du radius et ratera le début du Tournoi. Son remplaçant légitime sera Camille Lopez, déjà présent en novembre. Quant à la troisième ligne où les Racingmen Wenceslas Lauret et Bernard Le Roux sont eux aussi blessés actuellement, le staff des Bleus devrait poursuivre l’aventure avec des joueurs qui connaissent le projet de jeu. Ainsi, Raphaël Lakafia, déjà présent en Argentine en juin dernier, devrait accompagner Louis Picamoles, Damien Chouly, Loann Goujon et Kévin Gourdon. Le Montpelliérain Kélian Galletier, lui aussi du voyage chez les Pumas, peut ambitionner revenir en bleu mais il n’a que peu de temps de jeu avec son club... La sixième place de troisième ligne demeure ouverte, où le nom de Lapandry est également évoqué, sans oublier Le Roux s’il rejoue.

Quatre joueurs seulement à la charnière

Ensuite, il y a ceux, pourtant présents sur la liste « Élite » communiquée en juillet dernier, qui n’ont pas totalement convaincu. Jules Plisson n’avait pas été retenu pour les tests de novembre, il ne le sera pas plus pour préparer ce Tournoi des 6 Nations. Sébastien Bézy et Maxime Mermoz connaîtront le même sort. Ainsi le staff ne retiendra probablement que quatre joueurs à la charnière (Machenaud, Serin, Lopez et Doussain). Quant au poste de trois-quarts centre, souvent cité pour rejoindre Marcoussis depuis plusieurs mois, le Racingman Henri Chavancy pourrait être préféré à Mathieu Bastareaud. Le Toulonnais, très en vue avec son club depuis plusieurs semaines, a évidemment été discuté au sein du staff tricolore. « La porte n’est pas et ne sera jamais fermée à Mathieu Bastareaud, ni à personne, déclarait il y a peu Novès. Mathieu brille avec son club, c’est ce que je demande toujours aux joueurs en préalable à toute réflexion […] C’est important de faire la différence comme il le fait, mais ce qui est encore plus important c’est que les actions soient décisives. L’idéal serait qu’il mette ses immenses qualités au service du jeu collectif. Qu’il accepte de faire 5 mètres de moins pour faire jouer un partenaire et éliminer les défenseurs qu’il aura mobilisés. S’il y parvient, il sera incontestable… » Entendez par là que l’heure de « Basta » n’a pas encore sonné. Et laisse toute la place à Chavancy pour remplacer Maxime Mermoz, actuellement en disgrâce du côté RCT qu’il pourrait rapidement quitter (voir page 35). Et comme pour mieux signifier que la porte du XV de France n’est fermée à personne, le Racingman Brice Dulin, laissé sur le côté au début de l’ère Novès, mais appelé en novembre, sera sans doute préféré à Maxime Médard pour occuper le poste d’arrière avec Scott Spedding.

Jedrasiak et Iturria en balance

Enfin, depuis sa prise de fonction, Guy Novès ne cesse de souligner l’importance d’être titulaire et performant en club pour prétendre rejoindre les Bleus. C’est pourquoi, pour épauler Guilhem Guirado et Camille Chat au talonnage, Christopher Tolofua avait les faveurs du staff avant de se blesser à une épaule samedi, en Coupe d’Europe avec le Stade toulousain. Le joueur doit passer des examens ce lundi. L’évolution de son cas sera étudiée de près. Et si la gravité de sa blessure devait l’empêcher de rejoindre Marcoussis, le troisième talonneur serait donc Clément Maynadier, lui aussi de la tournée en Argentine.

En deuxième ligne, Les Clermontois Paul Jedrasiak et Arthur Iturria sont en balance pour la dernière place, aux côtés des habituels Maestri, Vahaamahina et Ledevedec. Selon cette même logique de performances en clubs, le pilier droit clermontois Clément Ric, désormais devancé dans l’esprit de Franck Azéma par le Gallois Jarvis, ne figurera pas dans la liste. Ainsi, selon nos informations, deux néophytes, le Palois Malik Hamadache et le Rochelais Mohamed Boughanmi, étaient suivis ces dernières semaines par le staff pour épauler Rabah Slimani et Uini Atonio. L’un des deux s’invitera probablement à la table des Bleus, réunis dès dimanche prochain.

 

Le groupe possible

Baille, Ben Arous ou Chiocci ; Guirado, Chat, Tolofua ou Maynadier; Atonio, Slimani, Boughanmi ou Hamadache ou Ric ; Maestri, Ledevedec, Vahaamahina, Jedrasiak ou Iturria ; Goujon, Gourdon, Picamoles, Chouly, Lakafia, Galletier ou Lapandry ou Le Roux ; Serin, Machenaud ; Lopez, Doussain ; Fofana, Lamerat, Fickou, Chavancy ou Bastareaud ; Nakaitaci, Vakatawa, Huget, Camara ; Spedding, Dulin.

Arnaud Beurdeley
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?