Le nouveau visage de la Bretagne

  • Le nouveau visage de la Bretagne
    Le nouveau visage de la Bretagne
Publié le , mis à jour

À la suite de l’élection de Bernard Laporte, le président breton Jean-Paul Canaud a décidé de quitter son poste. Yvon Colléaux a été nommé à l’intérim.

Le comité régional de Bretagne a changé de présidence depuis lundi. L’ancien titulaire de la charge, Jean-Paul Canaud, un très proche de Pierre Camou, avait mis son mandat dans la balance de l’élection fédérale. Il avait fortement incité les clubs bretons à soutenir le président sortant contre Bernard Laporte, en disant très clairement qu’il ne garderait pas son siège en cas de défaite. Il a mis ses actes en conformité avec sa parole. Il a démissionné. Son départ a été annoncé officiellement lundi dernier. Mercredi, le comité régional publiait un communiqué pour informer les clubs bretons que son remplaçant par intérim serait Yvon Colléaux. Ce dernier a été désigné par le bureau directeur face à Lucien Thomas, qui avait également posé sa candidature, avant que le comité directeur ne valide ce choix. Dans le fond, rien n’a changé ou presque. Jean-Paul Canaud est resté membre du comité directeur pour s’occuper jusqu’au bout de l’organisation du championnat d’Europe des moins de 18 ans, qu’il avait obtenu pour son comité régional. Le Vannetais Michel Steck a pris la place de trésorier qui venait juste d’échoir à Yvon Colléaux. Ce dernier est monté d’un cran pour occuper la présidence. Cette équipe dirigeante ainsi reformée sera en place jusqu’à la prochaine assemblée générale de la Bretagne, qui sera organisée le 1er juillet. à ce moment, les clubs bretons éliront officiellement un nouveau président pour finir la mandature. Yvon Colléaux a déjà exposé son souhait de prolonger l’intérim qui vient de lui être confié : « Je suis là pour répondre à la situation créée par le résultat de l’élection fédérale. Je suis là de façon transitoire pour le bien du comité. à mon âge, je ne ferai qu’un mandat ».

Président de Redon

Yvon Colléaux - 69 ans depuis samedi - est un vieil habitué du comité régional. Il avait intégré le comité directeur pour la première fois en 1992 sous la présidence de Jean-Louis Bouché. Cet ancien ingénieur de l’INRA ne l’a plus quitté depuis. Sur la liste de Jean-Paul Canaud lors de l’élection régional du mois d’octobre 2016, il entamait sa septième mandature en tant que responsable du haut niveau. Ancien joueur de Versailles en Ile-de-France, d’où il est originaire, joueur du Rheu à son arrivée en Bretagne en 1979, puis dirigeant du Rheu, il avait muté à Redon à partir de 2000 « pour me rapprocher de mon domicile ». Au comité régional, il s’est toujours occupé des questions sportives. Sous Jean-Paul Canaud, il avait la charge du développement du rugby à 5 et du rugby 7. Il doit maintenant gérer une situation bretonne un peu bancale.

Changements plus profonds à venir

Alors qu’aucune liste pro Laporte ne s’était constituée au moment de l’élection régionale, la démission de Jean-Paul Canaud, aussi personnelle soit-elle, a tout de même un peu ouvert la question de l’opportunité d’un changement plus profond de la direction régionale, plus en accord avec la ligne de Bernard Laporte. « Nous nous sommes posés la question d’une démission collective du comité directeur, a évoqué à ce sujet Yvon Colléaux. Mais elle n’est pas apparue opportune. Comme tous les comités régionaux, la Bretagne suivra la nouvelle politique fédérale. Nous formulerons cette semaine une demande d’entretien auprès de l’équipe de Bernard Laporte, lors de la réunion des secrétaires généraux, pour évoquer notre changement de présidence ». « C’est tout neuf, on ne sait pas quoi en penser, a commenté un président de club pro Laporte. Il faut en discuter entre nous, pour savoir ce qui sera le mieux pour la Bretagne. »

Par Guillaume Cyprien

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?