Dax : sans trembler, ni convaincre

  • Dax : sans trembler, ni convaincre
    Dax : sans trembler, ni convaincre
Publié le

Les Dacquois ont assuré l’essentiel face à la lanterne rouge berjalienne (30-22), mais auraient pu faire mieux.

Le match :

À l’image du match de la semaine dernière, les Dacquois ont entamé la partie avec sérieux et application. Dès les premières minutes, les Landais mettent la main sur le ballon et enchainent les temps de jeu. Après une action de deux minutes, les rouges et blancs mettent leurs adversaires à la faute. Cachet convertit la pénalité et ouvre le score (3-0, 3’). Au cours des minutes qui vont suivre, les dacquois vont animer le jeu. Par ce froid polaire, les fautes de mains commencent à s’accumuler. Cela permet aux Dacquois de montrer de belles dispositions en mêlée fermée. Les visiteurs, pris par l’entame, se mettent à la faute. Cachet passe une deuxième pénalité (6-0, 9’). Les choses semblent se dessiner tranquillement pour les Landais. Du coup, un certain relâchement se fait ressentir. Moins concentrés, les rouges et blancs se mettent par deux fois à la faute en trois minutes. Sébastien Bouillot, l’ouvreur isérois, répond à Cachet sans trembler (12’ et 15’) et permet aux siens de revenir à égalité (6-6). Réveillés par cette dangereuse proximité, les Landais ne ferment pas le jeu. Ils poussent encore les Berjaliens à la faute et le deuxième ligne Gambo écope d’un carton jaune, pour fautes répétées (25’). La sanction est immédiate. La pénalité qui suit est tapée en touche. Sur la prise de balle, le maul brise la glace et le pilier Fa’anunu glisse dans l’en-but (26’). L’essai transformé par le pied encore chaud de Cachet, le score passe à 13-9. Pendant leur supériorité numérique, les dacquois ne profite pas d’une occasion de rêve pour faire un break dans ce match. Le numéro huit dacquois, Aisea Koliavu, oublie l’ailier Dechavanne sur un deux contre un, qui aurait pu compter double… Revenus à nombre équivalent, les débats s’équilibrent eux aussi. Une énième faute des ciel et grenat, permet à un Cachet, bien en vue ce soir, de faire virer les Dacquois à la mi-temps à 16-9. A la reprise, les dacquois continuent leur emprise sur les mêlées fermées. Sur une mêlée avec introduction pour Bourgoin, jouée à 5 mètres de la ligne iséroise, les Dacquois volent le ballon sur une puissante poussée et l’intenable Pic s’échappe et aplatit le deuxième essai dacquois. Non transformé, il permet au score de prendre de l’aise (21-9, 43’). Si l’éventualité d’un bonus offensif semble se dessiner, les visiteurs, venus dans les landes pour faire honneur à leur maillot, vont rappeler aux Landais qu’un match se joue de bout en bout. La volonté affichée depuis le coup d’envoi par les Berjaliens, trop souvent synonyme d’indiscipline, va enfin payer. Le pilier Rey, à peine rentré en jeu, marque un essai sur groupé pénétrant. Bouillot, lui aussi en réussite, transforme. Revoilà donc ces berjaliens à 5 points des landais (21-16, 49’). C’est donc pris de court, que les landais remettent enfin la main sur le ballon. Sur une série d’enchainements avant/trois quart, les landais traversent le terrain et provoque une pénalité, convertit par Cachet (24-16, 57’). Mais sur le coup d’envoi, alors que les dacquois relancent, un hors-jeu suite à coup de pied contré, permet à Bouillot de réduire le score (24-19). Il doublera la mise à la 64’ (24-22). Encore une fois, revenus de loin, les berjaliens talonnent les Landais. C’est encore une fois Nicolas Cachet, qui va redonner un peu d’air par une pénalité à la 67’ (27-22). S’en suit une autre action d’essai mal négociée par les Dacquois, sur une mêlée à 5 mètres de l’en-but adverse. Le manque de réalisme aurait pu couter cher aux landais, ce soir. Heureusement pour eux, Cachet ne manque pas la dernière pénalité et fige le score à 30-22.

 

Le tournant du match :

À l’image du manque de réalisme des landais, le tournant aurait pu avoir lieu à la 29’. Suite à un bel enchainement long de ligne, Koliavu, pris d’une raideur aux cervicales, ne voit pas à sa gauche l’ailier Dechavanne. Ce dernier aurait pu marquer en marchant, l’essai du KO.

 

Le joueur : Nicolas Cachet

Sa réussite au pieds a été précieuse à des dacquois qui auraient pu mieux faire.

 

Les meilleurs : Fa’anunu, David, Tu’ineau, Chiappesoni, Koliavu, Pic, Bau, Devade et Cachet à Dax.

Toevalu, Da Silva, Bouillot et Nicolas à Bourgoin.

 

Par Laurent Travini

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?