Aurillac, ça passe ou ça casse

  • Aurillac, ça passe ou ça casse
    Aurillac, ça passe ou ça casse
Publié le , mis à jour

Les Aurillacois reçoivent Oyonnax dimanche à Jean-Alric. Dernier match de cette 17ème journée, les Cantaliens n’ont d’autre choix que la victoire pour continuer à exister.

Il suffit juste de regarder le classement avant cette dernière rencontre pour se rendre compte de son importance. Aurillac doit gagner pour rester en course. Oyonnax doit faire de même pour se maintenir sur le podium et rester au contact des leaders Montauban et Agen. Mais voilà, Jean-Alric est imprenable depuis plus de deux ans et le Stade compte bien conserver cette invincibilité.

Sur cet exercice 2016-2017, Montauban, Agen, Colomiers et Mont-de-Marsan se sont déjà cassés les dents dans le Cantal. Oyonnax le sait, mais va certainement envoyer son armada pour faire tomber le bastion auvergnat et dans un duel fratricide même puisque les deux clubs font désormais partie de la même région Auvergne Rhône-Alpes.

Le tout est de savoir dans quel état d’esprit seront les Cantaliens. Mièvres et inconsistants à l’extérieur, ils tiennent le coup à la maison. Mais cela n’est pas suffisant au goût des coaches. Ils admettent les difficultés rencontrées depuis plusieurs mois dans le jeu. En revanche, ils ne cautionnent l’état d’esprit sur le terrain, notamment à l’extérieur, notant les faiblesses défensives, le manque de combattivité, voire d’agressivité.

« Maintenant faut s’envoyer »

Les coaches souhaitent que le groupe mette de côté toute considération liée à la qualification, à la montée, au podium. « Nous ne sommes pas en position de qualifiable. Le classement est trompeur », martèle Thierry Peuchlestrade, entraîneur des arrières. Effectivement, Aurillac a joué un match de plus à la maison que ses principaux adversaire.

Dans ce championnat ultra serré, personne n’est à l’abri. Les neuf premiers se tiennent en dix points seulement. Avant cette rencontre, Aurillac est 7ème avec 45 points, Oyonnax 4ème à 49 points. Une victoire et les Cantalous reviennent à hauteur. Une défaite et c’est terminé. C’est peut-être le demi de mêlée Paul Boisset qui résume le mieux l’enjeu : « Aujourd’hui, au vue des matches que nous réalisons, même à la maison où ce n’est pas très brillant, on se doit de se racheter. Il faut qu’on retrouve notre rugby. Là on est trop attentiste, trop calculateur et ce n’est pas pas bon. Maintenant faut jouer et s’envoyer ».

Pour ce match, les Aurillacois devraient composer les retours de Maxime Granouillet en deuxième ligne et de Merab Sharikadze au centre. Le seule incertitude concerne l’arrière Antoine Renaud et des adducteurs toujours sensibles. Il se pourrait donc que le jeune Thomas Salles, 20 ans, fasse du coup ses grands débuts comme titulaire à Jean-Alric. En tout cas une chose est sûre, peu importe la composition, le Stade aurillacois doit battre Oyonnax pour rester en course. Mais il est aussi prévenu : le Haut-Bugey a bien l’intention d’envahir le Cantal.

Par Jean-Marc Authié

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?