Pro D2 : ce qu'il faut retenir de la 18e journée

  • Pro D2 : ce qu'il faut retenir de la 18e journée
    Pro D2 : ce qu'il faut retenir de la 18e journée
Publié le , mis à jour

Montauban de nouveau leader, Aurillac met fin à son invincibilité et Béziers sort vainqueur du derby de la Méditerrannée. Voici tout ce qu'il faut retenir de cette 18e journée de Pro D2.

Le match : Biarritz-Agen

Biarritz a reçu Agen en ouverture de la 18e journée de Pro D2. Alors leaders au classement, les Agenais espéraient faire un coup chez les neuvièmes. David Roumieu et ses coéquipiers avaient déjà accroché le SUA au match aller (23-22), mais Agen l'avait emporté en inscrivant un essai à la 77e minute, juste assez pour repasser devant. Cette fois encore, les Lot-et-Garonnais s'en sortent sur le fil et sont rentrés dans leurs terres avec un point de bonus défensif dans les valises. Avec une première mi-temps d'envergure, les Biarrots se sont rassurés. Le BO très percutant engrange rapidement les points et fait le break à la demi-heure de jeu (13-0). Les Agenais n'arrivent pas à recoller au score et rentre aux vestiaires avec une pénalité réussie par Francis (13-3). Au retour des vestiaires, Soqeta met à défaut la défense agenaise et signe un doublé (20-3). S'en suit l'habituel passage à vide des Basques. Les hommes de Mauricio Reggiardo reprennent du poil de la bête et reviennent dans le match. Le gros effort du huit de devant permet d'obtenir l'essai de pénalité. Grâce à son pack, les Biarrots arrachent le bonus défensif dans les derniers instants. Score final 20-17 en faveur de Biarritz. Agen s'incline ainsi à Aguilera et cède sa place de leader à Montauban. Biarritz signe ici sa sixième victoire sur les sept dernières rencontres et peut désormais se donner le droit de rêver de phases finales avec seulement trois points de retard sur le cinquième, Mont-deMarsan.

 

 

L'équipe en hausse : Béziers

À l'aller, ce derby de la Méditerrannée a vu Narbonne l'emporter face à Béziers (23-22), la tendance s'inverse pour Béziers. Dès l'entame de match, Béziers impose son rythme et marque à la 4e minute (7-0, 6e). La première mi-temps donne l'avantage aux Bitterrois bien que Narbonne tienne le coup et recolle (17-10, 24e). Le reste de la période reste brouillon et ne change pas le score.  L'ASBH grâce à cette victoire met fin à une spirale infernale de défaites (4/5) et respire enfin après être sorti de la zone de relégation (13e). Au retour de la pause, même schéma. Les Narbonnais encaissent les coups. D'abord Pinto Ferre, puis Sabri Gmir et enfin Jean-Baptiste Peyras inscrivent chacun un essai (39-10). Avec cette victoire bonifiée, Béziers qui était relégable depuis la 13e journée du championnat, sort enfin de la zone rouge et se positionne à la 13e place.

 

 

L'équipe en baisse : Vannes

Le promu breton semble à bout de forces. Vannes se déplaçait à Carcassonne ce week-end et rentre bredouille avec une cinquième défaite d'affiler. Les Bretons lâchent prise et se rapprochent dangereusement de la zone de relégation (14e). Face aux Carcassonnais, les Vannetais ont pourtant tout donné et y ont même cru. Leur excellente dynamique les mène à l'essai dès la 6e minute. Les Audois s'accrochent. Jean-Baptiste Pic profite d'un surnombre créé par son demi de mêlée, Clément Payen, pour mystifier la défense des Jaune et Noir. L'ailier vannetais met les cannes en bord de touche et file à l'en-but (13-17 à la mi-temps). À l'heure de jeu, Carcassonne reprend les rênes du matchs et distance Vannes de neufs longueurs (29-20, 66e). Les hommes de Jean-Noël Spitzer recollent à quelques minutes du coup de sifflet final, mais s'inclinent 29-27. Vannes prend le bonus défensif et ne sort pas de la zone rouge.

 

 

Le fait du week-end : Aurillac chute à domicile

Aurillac met fin à une invincibilité à domicile de 35 matchs. Invaincus à Jean-Alric depuis le 8 novembre 2014, les Cantaliens ont finalement été battus. Et c'est Oyonnax qui réalise l'exploit. Dans le choc du haut de tableau opposant Aurillac à Oyonnax, les hommes de Jeremy Davidson ont vite déchanté devant les intentions des Oyomens. Jamie Cudmore et ses coéquipiers ne sont pas venus dans le Cantal pour faire du tourisme. Les Aurillacois mettent du temps, mais finissent par se réveiller. Maxime Petitjean ne se fait pas prier pour scorer par trois fois, avant que son centre, Robert Lilomaïava, profite de la désorganisation de la défense oyonnaxienne. Le samoan élimine trois adversaires, passe le cuir à son ailier Alexandra Luatua qui lui rend à l'approche de son vis-à-vis et conclut derrière la ligne des Bugistes. À la 53e, Aurillac jubile et mène 24-9, mais la discipline va lui faire défaut. Pénalisé par deux fois par un carton jaune, les hommes de Stéphane Glas jouent la majeure partie de cette mi-temps en sous-effectif. Oyonnax en profite pour rattraper son retard. D'abord Maxime Veau, ensuite Luc Barba sur la sirène. L'essai du match nul que Benjamin Botica s'empresse de transformer pour la gagne.

 

 

Le XV de la semaine

 

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?