Les X Men de Montpellier

  • Les X Men de Montpellier
    Les X Men de Montpellier
Publié le , mis à jour

Nadolo, stratosphérique face aux Saints, et Tomane, renversant, s’imposent comme les dépositaires de la nouvelle identité offensive.

Frissons d’octobre, extase de janvier ! « Vous n’avez pour l’instant vu qu’un avant-goût de ce dont Nemani est capable. » La prédiction d’Akapusi Qera s’est avérée juste. Nemani Nadolo a récidivé vendredi, après son premier coup d’éclat européen face au Leinster à l’Altrad Stadium (doublé, succès 22-16) : « Nemani, c’est la classe internationale ! Il est tellement dur à arrêter. Mais les gens oublient à quel point il est aussi intelligent sur le terrain et quel compétiteur féroce il est. Ce qui fait de lui un joueur à part. » Trois mois après cet éloge signé de l’arrière Isa Nacewa, le colosse aux mains d’or Nadolo s’est reconstruit physiquement pour monter en puissance et montrer son vrai visage contre Northampton. Honorant ainsi sa promesse de rédemption : « Je progresse de semaine en semaine. Ce soir (vendredi, N.D.L.R.), c’était probablement mon meilleur match. J’ai réussi à saisir les opportunités qui se sont présentées. Et c’est vrai que c’était cool de casser quelques plaquages comme ça pour aller marquer (un essai similaire à celui marqué avec les Blacks par la légende Jonah Lomu). »

Une prestation de mutant débutée avec un bijou d’offload pour éliminer trois défenseurs et offrir une passe décisive (à Galletier). Suivie d’un doublé, dont un essai marqué en solitaire avec cinq adversaires mis au tapis (rappelant un essai de la légende Jonah Lomu à qui il est souvent comparé), de deux actions dangereuses sauvées en défense et d’une multitude de passes après contact somptueuses. En chiffres, les prouesses offensives de l’ailier (8 essais dont 4 en Champions Cup cette saison) donnent le vertige : 176 mètres parcourus, 18 ballons portés, 13 défenseurs battus et 6 franchissements. « Nemani est le genre de joueurs à part qui sort un coup d’éclat au moment où l’équipe a un peu des doutes et renverse ainsi le cours du match en notre faveur. C’est notre pièce maîtresse, on aurait tort de ne pas s’en servir », note Vincent Martin.

Nadolo-Tomane : 276 mètres parcourus et 21 défenseurs battus !

Un facteur X, souvent décisif lors des grands rendez-vous qui pourrait aussi être précieux lors d’un match couperet. À l’instar de Timoci Nagusa (peu à son avantage vendredi) par le passé, qui reste lui plus individualiste. Les Cistes sont équipés comme jamais pour faire des différences individuelles et l’ont prouvé durant cette Champions Cup. Leur défi reste désormais de trouver plus de précision et d’automatismes dans leur système d’attaque, pour exploiter toutes les différences faites par Nadolo. Autour duquel les nouveaux lancements de jeu sont souvent construits, à l’instar du troisième X men, Joe Tomane. Les trois hommes (avec Nagusa) dézonent souvent et créent de l’incertitude dans les défenses. Mais ils ont concédé onze turnovers à eux trois, en se montrant parfois trop gourmands ou trop audacieux pour leurs coéquipiers, parfois en retard au soutien.

Mais l’Australien affiche un profil dont le MHR était orphelin au centre avant son arrivée (retour à la compétition fin octobre). Tomane est capable de franchir grâce à son raffut rageur et d’assurer ensuite la continuité du jeu en misant sur son aisance technique hors-norme. Excellent contre Northampton (102 mètres parcourus, 10 ballons portés, 8 défenseurs battus et 4 franchissements), l’ailier repositionné (numéro 12 ou 13) avec brio cette saison, représente la clé de voute de la maîtrise future du système offensif héraultais, plus ambitieux. Son association avec Vincent Martin, porté lui aussi sur l’attaque, est complémentaire et prometteuse : « Joe Tomane a encore fait un très gros match et enchaîne ainsi plusieurs prestations de qualité. Il est puissant, très technique. » Armé de ses trois Iliens, Montpellier n’a rien à envier individuellement aux lignes arrière des meilleures équipes européennes. Mais il doit encore travailler et gagner en stabilité d’effectif cet été, pour se hisser collectivement à leur niveau l’an prochain.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?