Ruffec, les invincibles

  • Ruffec, les invincibles
    Ruffec, les invincibles
Publié le , mis à jour

Les Vert et Noir de Ruffec, en troisième série, ont su relever la première phase haut la main. Ils sont dorénavant favoris, et comptent continuer sur leur bonne dynamique.

On pourrait presque les appeler les invincibles. Les joueurs du Ruffec Athletic Club ont en effet comptabilisé pas moins de douze victoires d’affilée depuis le 18 septembre dernier. Une prouesse due aux talents qui émergent de ce club mais aussi grâce à un corps d’entraîneurs qui se veut stable et pédagogue. C’est l’histoire de ces Charentais, qui, aujourd’hui, font peur à de nombreuses équipes de la région. Invaincus lors de la première phase de brassage, les Ruffécois se sont même octroyé le luxe de prendre plusieurs fois le bonus offensif. Sur 50 points possibles, ils en ont pris… 48. Pas de quoi rougir ! Et pourtant le début de saison n’a pas été si simple à gérer. Entre le départ de leur entraîneur, David Marceau, des blessés, ou encore la suspension d’un des leurs pendant quelques matchs, le Rac n’a pas perdu la tête. Julien Brunet, demi de mêlée de Ruffec depuis six ans, l’affirme : « Nous sommes vraiment solidaires et on a su passer cette étape tout en restant concentrés sur nos objectifs. » Il faut dire que l’arrivée de Jérôme Mathe en tant que nouvel entraîneur a beaucoup aidé l’effectif pour la suite : « C’est quelqu’un de très pédagogue, il sait de quoi il parle. Quand il est arrivé, il nous a tous entraîné dans sa bonne dynamique. » Le duo d’entraîneurs, Anthony Ocard, également rédacteur en chef de Hors Jeux Magazine, et Jérôme Mathe, fait des merveilles et les joueurs le leur rendent plutôt bien.

Un nouveau statut à gérer

« Lors de la fin de la première phase, nous savions que nous venions de faire le plus facile. Aujourd’hui, on rentre dans une nouvelle aventure. » Et Julien Brunet ne croit pas si bien dire. Aujourd’hui le Rac possède un nouveau statut. C’est l’équipe qu’on attend de pied ferme et de laquelle on se méfie. Les mots sont dits, dorénavant les Charentais sont bel et bien favoris de leur poule. Mais pas de quoi les affoler, ce serait mal les connaître. « Ce statut ne nous va pas trop mal, mais on garde les pieds sur terre », rassure le demi de mêlée de 31 ans.

Et c’est certainement grâce à cette mentalité qu’aujourd’hui, les Charentais parviennent souvent à décrocher la victoire. Une diversité dans l’effectif, du plus jeune âgé de 18 ans, au plus « vieux » âgé de 35 ans, qui a permis notamment à l’équipe de pouvoir accorder du temps de jeu à tout le monde : « Chaque joueur a eu quasiment le même temps de jeu et c’est bien de pouvoir compter sur certains lorsque d’autres sont blessés. » Une manière de dire que tous autant qu’ils sont, ils apportent leur pierre à l’édifice.

En débutant la deuxième phase de brassage avec ce nouveau statut, Niort les a attendus au tournant le 8 janvier. Petite victoire du Rac 15 à 13, le plus faible score depuis le début de la compétition pour les Charentais. Une phase qui ne s’annonce donc pas des plus faciles, notamment avec Poitiers dans leur poule qui pourrait bien les gêner. Mais pas de quoi paniquer, Ruffec veut confirmer et compte bien continuer à viser le haut de tableau pour aller chercher le sésame tant attendu. Et si vous voulez soutenir le Rac et chanter « des fraises et des framboises » en troisième mi-temps, rendez-vous au stade Jean-Pierre Chêne. À Ruffec, bien évidemment !

Par Jessica Fiscal

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?