Guy Novès: « Plus la base est solide, plus on peut monter haut »

  • Guy Novès: « Plus la base est solide, plus on peut monter haut »
    Guy Novès: « Plus la base est solide, plus on peut monter haut »
Publié le

A moins de deux semaines du début de tournoi, Guy Novès est revenu sur l'état de ses troupes avant France-Angleterre. 

 

Est-ce que vous avez senti une plus grande ferveur autour du XV de France cet atuomne ?

Je me souviens que dans les derniers tournois, le XV de France était soutenu quand il était en difficulté. Les gens hurlaient, chantaient, au moment où on en avait le plus besoin. Les résultats en Agentine dont on n'a pas beaucoup parlé ont confirmé le respect qu'on avait pour le maillot et l'investissement des joueurs. Je crois que cela les gens l'ont ressenti. En novembre, on a vu que le projet de jeu commençait à prendre forme. Les gens ont vu qu'on avait parfois mis les Néo-Zélandais dans les cordes. 

 

La convention vous protège un peu pour préparer le début de tournoi malgré tout il y a eu des dégâts sur la dernière journée ?

Ce sont des dégâts qui sont décallés d'une semaine. Vous savez l'an dernier on avait eu qu'un jour et demi de préparation avant le match contre l'Italie. Là on a au moins une semaine pour s'adapter et rappeler des joueurs, pour changer. Je vais quand même regretter la grosse blessure impensable de Wesley Fofana. C'est un drame pour nous pour nous parce qu'il était totalement intégré dans ce projet. Il était le leader des lignes arrières. 

 

C'est une période décembre-janvier où les joueurs sont un peu dans le dur physiquement, comment les avez-vous retrouvé là ? 

 J'ai l'impression d'avoir pris des joueurs heureux de se retrouver, de retrouver le projet de chez eux. Moi je ne vois que du positif. Les joueurs blessés se reposeront, et les joueurs en pleine bourre joueront. Ceux qui nous ont rejoint et qui n'étaient pas là sonrt brillants avec leur club sinon ils ne seraient pas là. 

 

Angleterre-France arrive, vous avez pris sensiblement le XV de France en même temps qu'Eddy Jones l'Angleterre, est-ce que le projet anglais est plus avancé que le projet français ?

Je dirai que c'est vous qui le dites donc vous avez raison. Ils ont des meilleurs résultats que nous. Ils sont largement en avance et sont servis par un système bien différent d'une autre. Quand on prend 32 joueurs, ils en prennent 45. Maintenant, c'est leur projet et ça les regarde. 

 

Qu'est-ce que vous attendez de Mathieu Bastareaud ?

Il a des énormes qualités. Il est fort dans le domaine de la puissance. Il est peut-être moins adroit dans d'autres domaines. Il peut croire en ses chances vu l'entretien que j'ai eu avec lui ce matin. Par exemple, il ne s'est jamais exprimé négativement sur l'équipe de France. Il est monté en puissance avec son  club. Si on l'appelle, c'est qu'on lui tend la main, il faut qu'il la saisisse. Mathieu qui peut casser le premier plaquage, si derière il est dans le projet, il sera un atout. 

 

Est-ce que dans ce tournoi, le but c'est d'installer une charnière ? 

 

On installe les joueurs qui sont les plus performants après on doit tenir compte des blessures forcément. Tout ce qui fait à l'heure actuelle est dans le domaine du normal. Les choses se construisent progressivement. C'est vrai qu'on voudrait avoir le plus souvent possible les mêmes joueurs. Mais c'est vrai qu'on veut aussi pouvoir compter sur un réservoir important. Plus la base de l'équipe est forte, plus on peut  monter haut. 

 

Arnaud Beurdeley
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?