Laroque-Bélesta : Opération maintien

  • Laroque-Bélesta : Opération maintien
    Laroque-Bélesta : Opération maintien
Publié le / Mis à jour le

Promu à l’intersaison, Champion régional Honneur, le club du Pays d’Olmes est actuellement en position de relégable à la trêve. Une pléthore de blessures a fragilisé le groupe.

Les qualificatifs ne manquent pas pour résumer le précédent exercice de l’Etoile sportive Laroque-Bélesta. Le millésime 2016 a été tout simplement exquis, extraordinaire et inoubliable. Le 2 mai dernier, sur le rectangle vert castanéen du Lautard, le plus petit budget du championnat Honneur (estimé à 115 000 euros) a été sacré champion des Pyrénées aux dépens de Saint-Sulpice-la-Pointe, le grandissime favori de l’épreuve.

Au final, c’est un très flatteur 26 à 11 au tableau d’affichage qui a officialisé le sacre des représentants du Pays d’Olmes. Outre cette très flatteuse prouesse, les Ariégeois ont eu également le bonheur d’accéder au sein du troisième échelon fédéral en compagnie de Saint-Sulpice-la-Pointe et du très glorieux Stade beaumontois. Or, quelques mois après, le dernier lauréat du championnat Honneur tire le diable par la queue à l’étage supérieur. Après douze rencontres officielles, les étoilistes pointent à l’avant dernière place de leur poule et sont pour l’heure promis à un retour dans le championnat territorial. Une situation certes difficile mais pas dramatique et encore moins désespérée, ce que confirme le président Jean-Claude Bertrand : « Il est vrai que nous occupons la neuvième place, celle de premier relégable. Seulement, si on analyse notre classement d’un œil plus attentif. Trois points nous séparent de Nérac, le sixième. Nous sommes encore maîtres de notre destin d’autant que nous sommes à égalité de points avec Grenade, notre poursuivant direct. Et d’autre part, Vic-Fezensac, le septième n’a qu’une longueur d’avance sur mon équipe. À ce stade de l’épreuve, tout est possible même si ce championnat de Fédérale 3 est particulièrement exigeant. Des équipes de la trempe de Tournefeuille, de Tournon d’Agenais, Rieumes ont l’étoffe de la Fédérale 2. »

Le maintien : l’assurance de garder les jeunes

Une inconfortable neuvième place qui est aussi la conséquence d’une incroyable malchance. En tout début de saison, le groupe s’est vu fragiliser par une cascade de blessures dont les cadres de l’équipe tels que le puissant deuxième ligne Rivière, l’excellent flanker Cailloux et l’emblématique capitaine Benoit Puigcerver en ont payé le tribut. « En novembre, nous avons même compté vingt-deux joueurs blessés, ajoute Jean-Claude Bertrand. Nous ne souhaitions pas handicaper l’équipe réserve. Par la force des choses, nous avons été obligés de faire doubler trois à quatre joueurs. »

Après cette longue trêve, de nombreuses plaies sont désormais cicatrisées. Stéphane Sanchez, le responsable de l’encadrement et son staff vont pouvoir aligner leur équipe (presque) type. « Nous lançons maintenant notre opération maintien, souffle le président. Les réceptions de Revel, Tournon d’Agenais et Grenade doivent se concrétiser par des victoires. Pour nous, le maintien en Fédérale 3, c’est l’assurance de garder nos jeunes. Le niveau de Fédérale 3 est plus attractif que le niveau Honneur. » Et après tout, si l’étoile descend au terme de la saison, il n’y aura pas de révolution de palais, le club conservera son mode de fonctionnement. À savoir que les joueurs ne seront pas rémunérés. Parmi les dirigeants, on continuera à se plier en quatre pour trouver du travail à l’ensemble des licenciés. Que ce soit en Fédérale 3 ou Honneur, supporters et spectateurs se rendront deux dimanches par mois au stade Lopez-Tramezaygues.

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir