La puissance columérine

  • La puissance columérine
    La puissance columérine
Publié le

La vaillance et l’envie des Narbonnais n’ont pas suffit pour battre des Columérins très bien organisés qui ont maîtrisé la rencontre du début à la fin. 

Résumé

C’est une équipe de Narbonne amoindrie par les absences de plusieurs joueurs cadres blessés qui ce vendredi accueillait des Columérins en forme venus comptabiliser des points pour conforter leur place dans le Top 5 en prévision de disputer les phases qualificatives pour l’accession. Ce n’était peut-être pas le meilleur moment pour les Audois, largement battus une semaine plus tôt à Béziers, de recevoir l’une des grosses cylindrées du championnat. L’entraîneur en chef Christian Labit, conscient des forces et des faiblesses de son équipe, s’attendait à un match difficile d’autant qu’il ne disposait pas de tout son effectif. Dans des conditions climatiques difficiles où la pluie et le vent s’étaient invités, les Audois, face à des Columérins bien en place, n’ont pas réussi l’exploit de s’imposer, eux qui avaient pourtant battu Mont-de-Marsan, Agen, Oyonnax et Montauban. Les Septimaniens qui n’ont jamais fait la course en tête, menés à la marque du début à la fin, sont tombés sur plus forts qu’eux. Christian Labit l’avait dit avant le coup d’envoi : « C’est une équipe que je crains ». Il ne s’est pas trompé. Les Narbonnais n’ont cependant pas démérité. Victoire logique des Haut-Garonnais. Depuis le début de la saison, c’est le troisième succès à l’extérieur de Colomiers qui a joué avec intelligence et pragmatisme.

 

Le fait du match

Non seulement la mêlée narbonnaise a souffert et reculé sous l’effet de la poussée columérine, mais elle a surtout été plusieurs fois pénalisée, quatre fois au cours de la première demi heure de jeu. Autant de points donnés à l’adversaire qui ne s’est pas privé de les prendre. Et cela semble être un problème récurrent que les Audois n’arrivent pas solutionner. Et pourtant, ce n’est pas faute de travailler ce secteur du jeu aux entraînements. Il n’y a pas si longtemps, Yannick Bru, entraîneur des avants du XV de France et ami de Christian Labit, étaient même venu donner des conseils à la mêlée audoise.

 

Le plus bel essai

Il est à mettre à l’actif du columérin Martin Devergie un peu avant l’heure de jeu. Les Columérins bénéficient d’une pénalité à cinq mètres de la ligne de but narbonnaise. Les banlieusards toulousains se sentent forts et choisissent de prendre la touche. Suit un groupé pénétrant qui envoie le troisième ligne haut-garonnais marquer le premier essai de la partie et qui permet aux Columérins, à ce moment là du match, de faire le break (3-16).

 

L’homme du match

L’arrière columérin Thomas Ramos a une fois de plus été l’homme du match. Il a inscrit 11 des 19 points de son équipe. Certes, il n’a pas enregistré un taux de réussite de 100%, mais une fois de plus, il a confirmé toutes ses qualités de buteur. Déjà, lors du match aller, il s’était fait remarquer en marquant sur coups de pied, la totalité des points (18) de sa formation. Joueur d’expérience, Thomas Ramos fais partie des valeurs sûres de l’US Colomiers.

 

Les meilleurs joueurs :

Eadie, Plessis, Rouet, Belzons, Deligny ; Ramos, Sitauti, Lafage, Bezian, Beco, Weber

par Robert Fages

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?