Le renouveau de « Grand Tao »

  • Le renouveau de « Grand Tao »
    Le renouveau de « Grand Tao »
Publié le , mis à jour

Revenu au niveau qui avait fait de lui un joueur international à huit reprises, le Néo-calédonien marche sur l’eau depuis le début de saison et est devenu un joueur indispensable du club varois.

Ce n’est ni une recrue, ni un jeune joueur tout juste sorti du centre de formation. Pourtant, le RCT découvre un nouveau Romain Taofifenua depuis quelques mois. à 26 ans, le deuxième frère de la fratrie Taofifenua réalise une saison pleine, très certainement la meilleure depuis son arrivée sur la rade en 2014. Revenu avec un peu d’avance d’une déchirure à un mollet (survenue dès la 4e minute contre le Racing début janvier), le deuxième ligne a illuminé le jeu varois face aux Saracens. Car malgré la défaite, « Grand Tao » a amplement participé à la qualification des siens, en montrant, pendant cinquante-deux minutes, qu’il était désormais capable de répéter les efforts sur la durée, ce qui a pu lui faire défaut par le passé. « Romain fait un excellent début de saison, analyse Marc Dal Maso. Ce n’a pas toujours été le cas mais il arrive désormais à être régulier, que ce soit au cours d’un match où il réussit à évoluer pendant quatre-vingt minutes au même niveau, mais également d’une rencontre à l’autre, où il ne change pas de visage. » Et en effet, cette régularité semble à présent faire partie de la panoplie de Romain Taofifenua. Que ce soit face aux Saracens, au Stade français ou bien évidemment lors son récital face aux Scarlets, le deuxième ligne est désormais une valeur sûre du collectif, en témoignent les dix-huit rencontres (sur vingt-deux) auxquelles il a participé depuis le début de saison.

Homme de base du RCT

« Romain s’est fixé des objectifs, c’est ce qui lui a permis de progresser. Il a toujours eu un physique hors normes mais, désormais, il l’utilise a bon escient », prolonge l’entraîneur des avants du RCT. Puisqu’au-delà du « puissant » qu’il a toujours été, l’ancien joueur de l’Usap montre énormément d’aisance ballon en mains et a gagné en agressivité à l’impact. Longtemps considéré comme « trop tendre », le deuxième ligne du RCT semble donc avoir franchi un palier. L’exemple le plus récent ? Son plaquage destructeur sur au quart d’heure de jeu contre les Sarries qui a ensuite fait le tour des réseaux sociaux. Davantage avare de « gros tampons », précieux dans les airs, de plus en plus mobile et toujours capable de faire jouer après contact, Romain Taofifenua s’impose peu à peu comme un titulaire indiscutable. Dans un profil différent de Suta, Manoa ou Gorgodze, l’international tricolore est l’un des hommes de bases du duo Mike Ford-Marc Dal Maso, comme il l’était avec Diego Dominguez et Jacques Delmas.

Objectif XV de France ?

Arrivé à Toulon à l’été 2014, Romain Taofifenua avait le parfait profil du « diamant brut » que le RCT voulait polir. Pourtant, à l’époque, Bernard Laporte déclarait (chez nos confrères de Rugbyrama en mars 2015) : « Dire que Romain a quatre-vingt minutes de haut niveau dans les jambes, ce n’est pas vrai […] Il a fait des efforts, il les poursuit, il a beaucoup grandi. Mais je le répète, il n’a pas quatre-vingt minutes de niveau international. » Depuis deux ans, les progrès réalisés et le chemin parcouru sont donc immenses. Suffisants pour taper à la porte du XV de France, avec lequel il n’a plus évolué depuis le Tournoi 2015 et la défaite à Twickenham (55-35) ? Pas encore, Guy Novès s’appuyant pour l’instant sur d’autres joueurs (comme Arthur Iturria, Sébastien Vahaamahina, Yoann Maestri ou encore Julien Ledevedec). Pourtant, nul doute que s’il continue sur sa lancée, Romain Taofifenua ne passera pas inaperçu très longtemps, au grand plaisir du RCT, qui profite pleinement du retour en grâce de son attachant deuxième ligne.

Par Pierrick Ilic-Ruffinatti

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?