Lutte antidopage : Nyanga n’était pas le seul auditionné

  • Lutte antidopage : Nyanga n’était pas le seul auditionné
    Lutte antidopage : Nyanga n’était pas le seul auditionné
Publié le , mis à jour

Selon les informations recueillies auprès des comités territoriaux concernés, plusieurs joueurs entendus jeudi par la Commission de Lutte contre le Dopage pourraient être lourdement sanctionnés.

Jeudi matin, à Marcoussis, cinq joueurs étaient convoqués par la Commission de Lutte contre le Dopage de la FFR. Le flanker du Racing 92 Yannick Nyanga, dont les urines avaient révélé des traces d’higénamine après un contrôle réalisé au terme du dernier derby francilien (8 octobre 2016), fut le premier joueur à être entendu par les experts de la commission fédérale. L’higénamine ayant été absorbée quelques mois avant que le produit en question ne figure sur la liste des substances interdites de l’Agence Mondiale Antidopage, Yannick Nyanga (46 sélections) devrait en toute logique être blanchi par la commission. Quelle que soit la décision prise la cellule fédérale, un procès-verbal sera rédigé au plus vite par les juristes de la FFR avant d’être envoyé, vraisemblablement en fin de semaine, au domicile du joueur. Une fois le verdict connu, l’Agence Française de Lutte contre le Dopage décidera si elle se saisit du dossier ou non. Dans l’Essonne, Yannick Nyanga fut suivi par le flanker de Vannes (Pro D2) Christian Stoltz, dont les analyses avaient révélé les traces d’un produit assimilé à un narcotique. Selon les informations relevées auprès du club breton, le Sud-Africain (33 ans) était blessé au moment de la prise du produit détecté et présenterait donc une Autorisation à Usage Thérapeutique des plus sérieuses. Selon toute vraisemblance, le rugbyman vannetais devrait logiquement être relaxé par la commission fédérale.

 

Lourde sanction pour l’Agenais Tau ?

Les trois autres cas seraient autrement plus épineux. Convoqué par la Commission de Lutte contre le Dopage pour avoir absorbé courant 2016 un produit assimilé à un diurétique, le Tonguien du SU Agen Sione Tau (27 ans) ne se serait pas présenté dans l’Essonne, si l’on en croit un membre du club lot-et-garonnais. Dès lors, le dossier du troisième ligne devrait être maintenant traité par l’Agence Française de Lutte contre le Dopage. Dans le cas de Sione Tau, on parlerait aujourd’hui d’une sanction particulièrement lourde : le barème des sanctions compte ici en années… Deux joueurs amateurs se sont également expliqués face à la commission fédérale. Selon les informations recueillies auprès des comités territoriaux, il s’agirait d’un trois-quarts de Quillan (Fédérale 3) et d’un troisième ligne de Gruissan (Fédérale 3). Contrôlés lors du même match le 20 novembre dernier, les urines des deux joueurs auraient présenté des traces de narcotique. Là aussi, la sanction devrait être extrêmement lourde… Dans tous les cas, tous les joueurs entendus auront la possibilité de faire appel auprès de leur fédération. Pour conclure, l’arrière du Racing 92 Brice Dulin (dont les analyses avaient présenté des traces d’higénamine dans des taux comparables à ceux de son coéquipier Yannick Nyanga) devrait être entendu par la commission fédérale entre la mi-février et la première semaine de mars. Si comme on l’imagine, l’arrière francilien était relaxé, Guy Novès pourrait alors l’appeler pour affronter l’Italie et le pays de Galles, à l’occasion des deux dernières journées du Tournoi des 6 Nations.

Marc Duzan
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?