• Préparation ajustée pour les Amazones
    Préparation ajustée pour les Amazones
Publié le / Modifié le
Compétitions

Préparation ajustée pour les Amazones

Les Iséroises doivent gérer un calendrier modifié à cause du gel et la trêve avant les phases finales mi-avril.

Depuis le 16 janvier, les Amazones sont au repos forcé. Son match contre Chilly-Mazarin le 22 janvier a été reporté en raison du terrain gelé. Il devait se jouer hier mais il n’y a pas eu de redoux. « Il y a des arrêtés municipaux à Sassenage et à Grenoble donc nous n’avons pas de terrain », expliquait mercredi dernier, Emmanuel Pellorce, entraîneur du club isérois. Il devrait se disputer le 12 ou le 19 février. Aucune rencontre n’était prévue en février, la planification s’en trouve donc modifiée. « On a maintenu la semaine de repos qui était prévue après Chilly le 22 janvier parce que nous voulons que les filles arrivent fraîches et prêtes en avril. En février, on avait planifié trois semaines avec un entraînement le mercredi et de la boxe le vendredi. Avec ce report, on va enlever deux séquences de boxe pour n’en garder qu’une, détaille Emmanuel Pellorce. Ça nous perturbe mais on sait qu’à ces périodes-là, il y a des reports possibles. On ajuste avec le préparateur physique. De toute façon, il n’y a pas le choix. » Avec le gel, il est aussi compliqué de s’entraîner.

Franchir les quarts de finales

Après Chilly-Mazarin, Grenoble jouera un match amical le 12 mars contre Romagnat, puis face au Guc le 26 mars et à Lyon le 2 avril pour clore la phase de poule. « Quatre matchs, ce n’est pas beaucoup et les phases finales, c’est demain », résume l’ex-coach des espoirs de Bourgoin. Leaders invaincues de la poule 1, les Iséroises rencontreront le quatrième de la poule 2 en quarts de finale mi-avril. « À partir du moment où nous sommes qualifiés, on a envie d’aller le plus loin possible, c’est évident. Maintenant, le quart est une marche qu’on n’arrive pas à franchir depuis deux ans. Avant de penser au titre, il faut déjà penser à cette première échéance », cadre Emmanuel Pellorce.

Par Laurent Genin

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir