6 Nations : L'Angleterre pour confirmer

  • 6 Nations : L'Angleterre pour confirmer
    6 Nations : L'Angleterre pour confirmer
Publié le , mis à jour

La 18ème édition du Tournoi des 6 Nations débute ce samedi. D’ici là, Midi Olympique vous propose chaque jour de faire connaissance avec les différentes protagonistes. Quatrième épisode avec l'Angleterre, prête à viser un nouveau Grand Chelem.

L'état des troupes :

Mais qui pourra les arrêter ? Sur la lancée de leur année 2016 royale (treize matchs, treize victoires dont un Grand Chelem et une tournée victorieuse en Australie), les Anglais vont se présenter comme les grands favoris de la compétition. Durant l'automne 2016, l'Afrique du Sud (37-21), les Fidji (58-15) , l'Argentine (37-21) et l'Australie (37-21) ont subi la loi anglaise. Reine des Grands Chelems, avec 13 à son tableau de chasse, la Rose s'est préparée avec le sérieux qui la caractérise dans son camp de Bagshot et au Portugal sous les ordres du non moins charismatique Eddie Jones. Après son spectaculaire redressement qui a suivi le fiasco de « sa » Coupe du monde, l'Angleterre, deuxième nation au classement World Rugby veut désormais confirmer et montrer à deux ans de la Coupe du monde au Japon qu'elle se positionne comme la seule alternative crédible à l'hégémonie des All Blacks.

La tâche ne sera pourtant pas aisée puisque les Anglais vont se retrouver privés de plusieurs de leurs cadres et pas n'importe lesquels : le flanker des Harlequins et ancien capitaine de l'Angleterre Chris Robshaw ainsi que le surpuissant numéro 8 des Saracens Billy Vunipola feront défauts. Chez les piliers, à gauche, le grand frère de Billy, Mako sera lui aussi sur le flanc. Derrière l'ailier de Bath Anthony Watson a du déclarer forfait pour la première rencontre face à la France. Et James Haskell, ainsi que Joe Marler, remis de leurs blessures ont eu très peu de temps de jeu avant le début du Tournoi. L'Angleterre pourra toutefois compter sur son capitaine, le talonneur d'origine néo-zélandaise Dylan Hartley , réputé pour être dur sur l'homme et sa pépite en deuxième ligne, le diamant Maro Itoje. Sans oublier Ben Youngs et George Ford à la charnière, Owen Farrell, Jonathan Joseph et Mike Brown prêts à faire sauter les défenses adverses. Et en attendant, les jeunes joueurs lancés dans le grand bain à l'occasion. Qu'on se le dise, cette équipe a de la ressource.

 

L'enjeu : Faire aussi bien que le dernier Tournoi

L'objectif est tout trouvé pour les Sujets de sa Majeste. Il s'agira de « remporter le Tournoi » comme a précisé de le rappeler Eddie Jones et de réaliser un doublé historique en réalisant le Grand Chelem. Ceci s'est déjà produit pour eux en 1922, 1923 et en 1991, 1992. L'Angleterre inscrirait alors encore un peu plus sa domination sur le toit de l'Europe. Il faudra pour cela venir à bout des coriaces Gallois et Irlandais sur leur territoire et ne pas se faire surprendre à Twickenham par les Français, Écossais et Italiens.

 

Le joueur à suivre : Nathan Hughes

Il aura la lourde tâche de remplacer Billy Vunipola. Le numéro 8 des Wasps, Nathan Hughes (25 ans, 3 sélections) est fortement pressenti pour être le nouveau fer de lance du pack anglais. Avec des mensurations plutôt avantageuses (1,96 m , 125 kg) le joueur d'origine fidjienne, passé par Auckland en NPC va être à suivre à chaque sortie de mêlée. Perforant, remuant, et dynamique, il se distingue par une assez bonne technique ballon en main. En Champions Cup, il a notamment brillé face au Stade toulousain. À suivre.

 

L'hymne : God Save the Queen

God save the Queen (en français Que Dieu protège la Reine ou Que Dieu garde la Reine) est l'hymne national de facto du Royaume-Uni et de l'Angleterre. Lorsque le souverain est un homme, une version alternative est utilisée et c'est le « God save the King » (Que Dieu protège le Roi) qui est chanté. Cet hymne daterait du XVIIème siècle.

 

Le stade : Twickenham

Le stade de Twickenham est le lieu de résidence du XV de la Rose. Enceinte uniquement consacrée au rugby à XV, ce stade considéré comme le «  Temple du Rugby » n'était qu'au départ qu'un champ de labour lorsqu'il fut cédé en 1908 à la Fédération anglaise de rugby, propriétaire depuis de l'enceinte. Situé au sud-ouest de Londres, dans la ville de Twickenham, le stade aujourd'hui après plusieurs rénovations est une arène de 82 000 places. Siège de la Fédération anglaise de rugby à XV, la Rugby Football Union, le stade accueille notamment la finale du Championnat d'Angleterre de rugby à XV, le Premiership. Quatres finales de Coupe d 'Europe ont y été joués en 2000, 2004, 2007, 2015 ainsi que deux finales de Coupe du monde en 1991 et en 2015.

 

Calendrier

1 ère journée : Samedi 4 février (17 heures 50), Angleterre – France, Twickenham (Stade de Twickenham).

2 ème journée : Samedi 11 février (17 heures 50), Pays de Galles – Angleterre, Cardiff (Principality Stadium).

3 ème journée : Dimanche 26 février (16 heures), Angleterre – Italie, Twickenham (Stade de Twickenham).

4 éme journée : Samedi 11 mars (17 heures), Angleterre – Écosse, Twickenham (Stade de Twickenham).

5 ème journée : Samedi 18 mars (18 heures), Irlande – Angleterre, Dublin (Aviva Stadium).

 

 

Notre pronostic :

L'Angleterre termine première mais ne réalise pas le Grand Chelem.

 

Notre XV type

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?