Les leçons de l'instant

  • Les leçons de l'instant
    Les leçons de l'instant
Publié le , mis à jour

Un test. A Biarritz, les espoirs de l'US Colomiers Rugby voulaient se jauger. Et ce, à trois semaines du début des play-offs. Pari perdu sur un plan comptable, avec une cinquième défaite en six matchs. Avec un scénario quasi-récurrent, à chaque fois. 

Vivre l'instant présent. Et ce, sans penser au lendemain. Les espoirs de l'US Colomiers Rugby en ont fait leur leitmotiv, cette saison. Qualifiés pour les play-offs, les Haut-Garonnais vont d'abord à l'essentiel. C'est-à-dire, à la récupération. "Notre premier match aura lieu le 19 février et nous ne ferons pas de matchs amicaux, d'ici-là. Le but est notamment de permettre aux joueurs, d'avoir de la fraîcheur. Derrière, nous avancerons petit à petit et sans obligation de résultat" prévient Thierry Barbière, co-entraîneur avec Christophe Pigozzo. Un constat appuyé par la possibilité d'un déplacement au Racing, dès la première journée. Des Franciliens annoncés comme l'épouvantail de la poule, avec une seule défaite cette saison. C'était à Lyon, le 15 janvier dernier (51-0). "Il s'agit de la projection, dont nous disposons actuellement. Nous saurons ainsi rapidement où nous en sommes, face à une équipe capable de mettre quatre-vingts points chez elle. L'idée sera pour nous, de produire du contenu derrière nos lancements". Histoire d'être en mesure, de déjouer les pronostics. Chaque rencontre écrivant au final, son propre scénario sur le terrain. Des rendez-vous que les Columérins auront pu préparer, lors des deux dernières journées de la première phase. "C'était l'objectif du groupe, pour cette première partie de saison. Se qualifier aussi tôt nous a ainsi permis de faire des tests, en vue des play-offs. Bourgoin et Biarritz ont simplement apporté la confirmation des faits que nous voyons depuis le début de la saison". Avec à la clé, deux défaites de rang. 

Des blessés supplémentaires

Froid, le constat est pourtant implacable. Sur la Côte basque samedi, l'USC s'est de nouveau vue rappeler à l'ordre. Battue de dix points (18-8), elle finit la première phase avec un gout amer. Et ce, après n'avoir remporté qu'un seul de ses six derniers matchs. "Nous avons à nouveau eu des difficultés dans l'utilisation du ballon, malgré une conquête plutôt propre. Cela n'a malheureusement rien de surprenant, dans le sens où nous avons l'impression de tenir le même discours depuis le début de la saison" confie Thierry Barbière. La faute notamment à un effectif chamboulé par les blessures, depuis le début de la saison. Une série noire, à nouveau démontrée samedi dernier. Guillaume Jean dit Cadet, Patrick Sanz et Lucas Tristani devant quitter leurs coéquipiers sur blessure. Autant d'éléments contraires, pour un groupe devant encore apprendre. "Dès l'entame, nous marquons un bel essai en bout de ligne et derrière, nous perdons le fil. Nous jouons en reculant et nous ne parvenons plus à aligner deux passes, sans tomber un ballon. Cela démontre notre manque de maturité et nos lacunes dans plusieurs domaines". Le symbole de la marche séparant encore les espoirs haut-garonnais, des ténors.

par Corentin Vaissière

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?