Soyaux-Angoulême : et pourquoi pas faire un coup à Jean-Alric ?

  • Soyaux-Angoulême : et pourquoi pas faire un coup à Jean-Alric ?
    Soyaux-Angoulême : et pourquoi pas faire un coup à Jean-Alric ?
Publié le

Encore une série de cinq matches difficiles à négocier pour des Charentais à qui il ne manque que deux victoires pour se maintenir.

Depuis la reprise, les deux équipes affichent le même parcours. Trois défaites (Béziers, Montauban et Biarritz) et une victoire (Albi) pour les Angoumoisins, une victoire (Agen) et trois revers consécutifs (Perpignan, Oyonnax et Béziers) pour les Aurillacois. Et si Chanzy n’est plus imprenable depuis la venue de Biarritz, Jean-Alric ne l’est plus lui aussi depuis la venue d’Oyonnax. Alors après cette semaine de repos, quid des forces en présence ? Certes les Cantalous mettront un point d’honneur à ne pas perdre deux fois de suite sur leur pelouse fétiche. Mais les hommes du duo Laïrle-Ladauge ne sont plus qu’à deux victoires d’un maintien qu’ils veulent atteindre le plus rapidement possible. D’autant que lors de la réception des Aurillacois le 25 novembre, les Charentais s’étaient octroyés leur seul bonus offensif en s’offrant une victoire sans appel 35-6. Les hommes de Thierry Peuchlestrade seront probablement revanchards mais peut-être aussi sur leurs gardes ce qui pourrait permettre aux partenaires d’Ayestaran de tenter un coup. Et pourquoi pas s’imposer à Jean Alric et de passer au classement devant leurs adversaires d’un soir ?

Une motivation intacte

« Les aurillacois seront revanchards, estime Romain Chabat, mais nous aussi. La défaite face à Biarritz a été amère. À cet égard, poursuit-il, la coupure d’une semaine a été bénéfique. Elle a fait du bien à la tête mais aussi physiquement. On est prêts pour ce défi et pour montrer ce que l’on est capables de faire ». Et puis les Charentais retrouvent des forces. L’infirmerie se vide. Ainsi Halavatau qui n’a pas encore joué en 2017 fait son retour. Tout comme Gay en seconde ligne, Solofuti en troisième ligne centre et Wieprecht et Labadie à l’aile. En outre les conditions climatiques sont plus favorables qu’en janvier et Julien Laïrle se félicite de la qualité des entraînements cette semaine. « On s’est bien entraînés, confie-t-il. Le retour des blessés notamment chez les avants a permis de bien travailler la mêlée. Les conditions ont été favorables et il me tarde d’être à vendredi ». Un challenge pas évident mais les Angoumoisins ont déjà réalisé tant de belles choses. Alors pourquoi pas une nouvelle performance . 

Le groupe vendredi soir à Aurillac : Ric – Garrido, Chabat, Bolakoro, Wieprecht – Poët, Ayestaran – Sutiashvili, Solofuti, Laulhé – Taelega, Gay – Boutemani, Le Guen, El Jaï Bousquet, Mercanti, Lebas, Lescure, Roger, Riva, Labadie, Halavatau

Par Jean-François Chrétien

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?