Aurillac s'est encore fait peur

  • Aurillac s'est encore fait peur
    Aurillac s'est encore fait peur
Publié le

Après une entame tonitruante des locaux, les coéquipiers de Richard Fourcade se sont figés et l'emportent de peu (30-26) devant des Angoumoisins très déterminés.

Le résumé du match

Il fallait qu'Aurillac gagne et il l'a fait. Ces quatre points là vont faire du bien à la tête, mais que ce fût compliqué encore une fois. Et pourtant, l'entame des Cantalous était quasi parfaite.Contre le vent, ils n'hésitent pas à jouer les ballons et occupent parfaitement le terrain. Et sur leur premier mouvement, c'est Valentin qui part à dame (4'). Et puis le soufflet retombe. Angoulême en profite pour enquiller dès qu'il met le pied dans le camp aurillacois. Ric-Lombard, né à Aurillac, ne se fait pas prier pour punir ses compatriotes (5-6, 16'). C'est alors que les locaux vont sortir un quart d'heure de folie. Tout d'abord, Fourcade est tout heureux de voir le ballon lui tomber dans les bras sur un touche et faire en solitaire les 25 mètres nécessaires pour aller aplatir (12-6, 24'). Sur le renvoi, Luatua lance un mouvement depuis ses 22. Quatre-vingts mètres plus tard, Ravai posera le ballon dans l'en-but adverse (19-6, 26'). Aurillac déroule alors qu'Angoulême balbutie son rugby. Des Angoumoisins une nouvelle fois punis sur un mauvais choix au pied. Salles relance de ses 30 mètres, sert Luatua qui fait la différence et Maninoa viendra finir le boulot. 24 à 6 à la 32', tout le pense que le SA XV va passer une salle soirée... et puis patatras. Tout d'abord ça commence avec la sortir de Cassan blessé au genou. Et puis Luatua voit jaune juste avant la sirène. Angoulême campe alors sous les perches durant plusieurs minutes. Ayestaran se glisse dans un trou de souris pour aplatir. Essai transformé. Au retour des vestiaires, Angoulême n'a plus le même visage et va poursuivre sa remontée. Grâce à sa supériorité numérique, Chabat ira lui aussi à Dame et Ric-Lombard continue son festival au pied. 24-23 puis 27-26 à la 72'. Aurillac ne joue plus, transpire et défend comme il peut. Le pied de Petitjean permet de conserver l'avantage (30-26, 74'). Durant les cinq dernières minutes, et au-delà de la sirène, Angoulême va occuper les 22 locaux et aller chercher la gagne. En vain, la défense d'Aurillac étant pour le coup héroïque.

 

L'essai du match : Peni Ravai

Après le deuxième essai aurillacois, le renvoi de Poet est récupéré dans les 22 par Alex Luatua. Le centre aurillacois en profite alors pour faire un petit numéro, casser la ligne et avancer sur trente mètres. Louis Fajfrowski a bien suivi pour passer la médiane avant de servir Nouhaillaguet. Le troisième ligne avance lui aussi avant de créer un point de fixation. Le ballon file sur le large et le fidjien Ravai conclut en beauté un mouvement de 80 mètres en moins d'une minute.

 

Par Jean-Marc Authié

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?