AS Chalampe: « Ici, c’est rugby ! »

  • AS Chalampe: « Ici, c’est rugby ! »
    AS Chalampe: « Ici, c’est rugby ! »
Publié le , mis à jour

Petit club situé à proximité de la frontière allemande, Chalampé a reçu des soutiens de poids pour favoriser son développement. 

Coincé en bord de Rhin à la frontière allemande, loin des zones démographiques les plus denses des environs, moins bien achalandé que les clubs voisins de Colmar ou de Mulhouse, qui depuis longtemps ont fait leur trou, le petit club de Chalampé vient d’accueillir une soudaine poussée de reconnaissance de la part de son environnement local. Il a fêté ses 40 ans la saison passée. En tout et pour tout, ils sont là-bas quarante-huit licenciés joueurs, hommes et femmes confondus, pour une population totale de 961 habitants. L’équipe senior évolue en Quatrième Série. Depuis quarante ans, on y vivote. Des perspectives de développement ont littéralement jailli dans ce vivier cotonneux. Martine Laemlin-Delmotte, Madame la mairesse, a pris la parole un dimanche sur le terrain à la fin du mois de janvier, pour officialiser le lancement des appels d’offres relatifs à la construction d’un club-house et de vestiaires. Montant de l’opération : 1,5 million d’euros. « À Chalampé, c’est rugby », a-t-elle scandé, tout en réorientant un projet de club de football vers le village voisin de Bantzenheim. 1,5 million d’euros d’investissement pour une cinquantaine d’administrés, la somme est belle. La localité de Chalampé sera la seule désormais sur la région à promouvoir avec des arguments matériels tous neufs, une offre de rugby exclusive.

Trois nouveaux partenaires

L’officialisation du lancement de ce projet, qui devrait sortir de terre à l’horizon 2018, promet au club de Chalampé de pouvoir profiter enfin d’une assise structurelle. Jusqu’à présent, on se changeait dans des cabanes de chantier et on devait faire la queue pour profiter de l’une des trois douches existantes. « Nous avons perdu beaucoup d’enfants en raison de nos conditions de vie spartiates. Les parents ont parfois préféré les orienter vers des clubs mieux pourvus. Nous allons enfin pouvoir leur offrir des conditions de pratique optimales, applaudit le vice-président Didier Juilleret. Nous avons bien vu ailleurs que ce type d’investissement dopait immédiatement la fréquentation. À Illkirch, ils ont multiplié par deux le nombre de leurs jeunes, sans rien changer à leurs méthodes. Nous allons pouvoir reconstituer une école de rugby, et offrir des collations chaudes, et des moments de convivialité. Nous allons retrouver le club tel que nous l’avons connu dans ses meilleurs moments. » Et ce n’est pas tout. Cette annonce de l’idylle de Chalampé est intervenue après les arrivées de plusieurs partenaires. Le jour de l’annonce, Frédéric Fournet et le François Cozzo, directeur et responsable de communication de l’usine Solvay, s’étaient également déplacés en tant que partenaire. Le directeur du site de ce géant de l’industrie lourde, première entreprise de la commune, officiait à La Rochelle avant sa venue dans l’Est, où il avait passé un contrat de partenariat avec le club de Top 14. Il est redescendu en Quatrième Série territoriale avec une simplicité et une sympathie communicatives. Solvay a signé une convention de trois années de collaboration. Le même jour, après des discussions avec ses mécanos Émile Krugmann et Loick Bollinger, le Berjallien Christophe Margaillan, directeur de la société de poids-lourds Iveco, s’est engagé pour devenir le sponsor chasuble du club haut-rhinois. L’usine nucléaire de Fessenheim a également déclaré vouloir contribuer à l’amélioration du matériel. Elle fera une dot. Et c’est tout une petite ruche qui commence à bourdonner sur les bords du Rhin.

Par Christophe HUGONIN 

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?