Saint-Claude : regain de forme

  • Saint-Claude : regain de forme
    Saint-Claude : regain de forme
Publié le , mis à jour

Dans l’anonymat depuis de longues saisons, les Saint-claudiens ont retrouvé des couleurs et visent le haut du tableau.

Pour la sixième saison consécutive, Saint-Claude évolue en Fédérale 3. Et pour la première fois, il sort un peu de l’anonymat dans lequel l’avait plongé sa relégation de Fédérale 2 en 2011. Loin du faste de ses belles années, le vénérable club comtois, a alterné le moyen et le moins bon, frôlant à deux occasions la relégation en Honneur. Mais il a su se redresser à temps. Et cette saison, le regain de forme se confirme. Après un début de championnat plombé par une défaite à domicile contre Izeaux, puis deux revers chez des gros bras, Villars-les-Dombes et Bellegarde, les Jurassiens cumulaient trois défaites en quatre journées.

Depuis, ils se sont refait la cerise et restent sur six victoires en sept matchs. Seul le leader, Bellegarde, a pu les faire chuter, le 5 février, pour leur premier match depuis le 27 novembre. Sans terrain synthétique à disposition, les Jurassiens ont peiné à bien gérer la longue trêve hivernale. Mais ils n’en font pas un drame. Malgré la rudesse de l’hiver, le soleil est revenu dans les têtes, et les ambitions avec.

« Nous cherchons à accrocher une des deux premières places de la poule, reconnaît le jeune (32 ans) entraîneur Sanclaudien, Steven Secretant. Concernant la montée… Quand je vois le niveau de jeu de Saint-Priest et Montmélian la saison dernière et leurs difficultés cette saison en Fédérale 2, ou les difficultés de Tavaux la saison précédente, je ne pense pas qu’elle soit d’actualité ! »

Ou alors il faudrait des moyens, financiers notamment (300 000 euros de budget), que Saint-Claude n’a pas. Pour l’instant le club fait avec les moyens du bord, et ça marche. Le rajeunissement de l’effectif, opéré il y a six ans, a porté ses fruits. « Nous sommes sur la même structure d’équipe, avec des renforts à des postes clefs, explique le coach. Pour jouer la première partie de tableau en Fédérale 3, c’est indispensable. »

Tutorat avec Oyonnax

Mais il n’est pas forcément besoin d’aller les chercher très loin. L’équipe bénéficie tous les ans de l’apport de cinq espoirs d’Oyonnax, en tutorat. Elle va parfois puiser directement à la sortie des espoirs, comme ce fut le cas du centre tongien, Unaloto Paea. Le frère du centre lyonnais, Hemani Paea, a rejoint le Jura quand son frère est parti d’Oyonnax pour le Lou. Et son gabarit fait le bonheur des Jurassiens. « Il est à peine moins gros que son frère, sourit Steven Secretant. Il va vite et a le souci de faire jouer derrière lui. » Il reste à Saint-Claude à marquer et à transformer l’essai pour confirmer sa bonne passe et s’inviter enfin aux festivités printanières. 

 

Par Sébastien Fiatte

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?