Top 14 : ce qu'il faut retenir de la 18e journée

  • Top 14 : ce qu'il faut retenir de la 18e journée
    Top 14 : ce qu'il faut retenir de la 18e journée
Publié le , mis à jour

La Racing se rapproche des six premiers, La Rochelle confirme, Bordeaux et Toulouse déçoivent. Voici ce qu'il faut retenir de la 18e journée de Top 14. 

Le match du week-end : Bordeaux-Bègles - Castres (17-29)

Match à enjeux pour les deux équipes qui jouaient le Top 6. Cela semble désormais compliqué pour Bordeaux. Dès le début de match, le ton est donné. L'UBB écopait d'un carton jaune, mais même à quatorze les Bordelais ne se laissaient pas faire. Sur le renvoi ils récupéraient le cuir, Luke Jones trouvait l'intervalle et inscrivait le premier essai de la rencontre (7-3, 6e). Mais trois minutes plus tard Horacio Agulla répondait par un essai en bout de ligne. Véritable chassé-croisé, la première mi-temps a offert du beau spectacle. Par la suite, c'était Yann Lesgourgues, pour Bordeaux et Anthony Jelonch  pour Castres qui permettaient à leurs équipes respectives de conclure. À la mi-temps, les hommes de Christophe Urios menaient seulement de deux points (14-16, 40e). Mais en revenant des vestiaires, Julien Dumora donnait de l'air aux tarnais grâce à son pied (14-22, 49e). Bordeaux mettait de l'intensité et récupérait une pénalité (17-22, 52e). Peu de temps après, Matthieu Babillot écopait d'un jaune, laissant le CO à quatorze à son tour. Alors que Bordeaux appuyait sur l'accélérateur, Afusia Taumoepeau récupérait la balle avant que Marc-Antoine Rallier file à l'essai. Le talonneur castrais aplatissait le cuir après un sprint effréné depuis son camp. Score final 17-29 pour Castres qui signe sa deuxième victoire à l'extérieur de la saison.

 

 

L'équipe en hausse : Racing

Longtemps accrochés par Brive, les racingmen auront mis 62 minutes et cet essai de Leone Nakarawa pour prendre le large (28-18). Finalement, les hommes de Labit et Travers s’imposent sans vraiment briller mais signent un deuxième succès consécutif, primordial et qui plus est conjugué aux défaites de Toulouse et Bordeaux. Cette belle opération permet au Racing 92 de se classer à la 7e place, en embuscade derrière les Palois et les Toulonnais, et peut encore rêver à la qualification.

 

 

 

L'équipe en baisse : Stade Toulousain

Quatrième au soir de la 16e journée, les hommes d'Ugo Mola se retrouvent désormais huitièmes. En cause ? Deux défaites d'affilée qui font mal aux Toulousains et à leur moral. La première, le 28 janvier dernier à domicile face à la Section Paloise (10-20). La seconde, hier, face à Montpellier et une défaite 27-18. Le Stade Toulousain se retrouve donc à quatre longueurs de Pau et des qualifiés. Et pour se rassurer, les rouge et noir n'auront pas une réception facile pour la prochaine journée, en accueillant La Rochelle, qui compte déjà quatre victoires à l'extérieur cette saison. Il va falloir accélérer pour rattraper le wagon des phases finales.

 

 

 

Le fait du week-end : la sixième de rang pour Pau

La Section est sur un nuage en ce moment. Face au FCG, les hommes de Simon Mannix se sont longtemps heurtés à la résistance iséroise. Mais les dernières minutes ont été fatales à Grenoble qui a encaissé deux pénalités puis un essai de Charlet. Le score final était de 39 à 22 en faveur des Béarnais. C'est la sixième victoire de rang pour Pau. Une première pour les Palois en Top 14. Il faut remonter à la saison 1999-2000 pour trouver trace d'une telle série. A l'époque, la Section avait enchaîné 10 victoires de rang.

 

 

 L'essai du week-end : Marc-Antoine Rallier (Castres)

À la 62e minutes, Marc-Antoine Rallier permet à Castres de faire le break grâce à un essai mirobolant. Alors que les Bordelais explosent la défense castraise à plusieurs reprises mais n'arrivent à concrétiser. À quelques mètre de l'en-but, Blair Connor perd le contrôle du ballon, Afusipa Taumoepeau en profite pour le récupérer. Dans le ruck, Rory Kockott transmet à David Smith qui passe directement à son centre, Florian Vialelle. Le Castrais avance et réussit à passer les bras sur le plaquage, lui permettant de remettre intérieur pour Marc-Antoine Rallier. Le talonneur, encore dans ses 22, file le long de la ligne de touche. Il aplatit derrière la ligne bordelaise après une course de 70 mètres.

 

 

 

 

 

Le XV type du week-end :

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?