• Toulouse Olympique XIII, la fibre offensive
    Toulouse Olympique XIII, la fibre offensive
Publié le / Modifié le
Compétitions

Toulouse Olympique XIII, la fibre offensive

Pour son deuxième match à domicile, le Toulouse olympique XIII s’est brillamment imposé face à Dewsbury (56-2). Succès que les Toulousains espèrent confirmer dimanche à Bradford.

La précédente défaite à Sheffield (14-32) n’était qu’un petit caillou dans la chaussure toulousaine. Samedi dernier à Blagnac, le Toulouse olympique a parfaitement rebondi devant Dewsbury. Certes, cette dernière n’est pas la plus coriace de ce championnat. Huitième du précédent exercice, elle revendique le plus petit budget du championnat. En ce moment, elle n’a pas encore lancé sa saison avec trois défaites au compteur. Mais, toujours est-il que la copie rendue par les élèves de Sylvain Houles mérite bien des égards. Après avoir donné le tournis voilà deux semaines à Batley (44-6), les Toulousains ont balayé la défense des « béliers » comme un fétu de paille. À dix reprises, les attaquants toulousains ont franchi victorieusement la ligne de but adverse. Dans les séquences offensives, le représentant français a vraiment évolué un ton au-dessus à l’image de l’ailier d’origine papou, Kuni Minga auteur d’un triplé dont une réalisation de cent mètres à la 39e minute.
Des prouesses offensives qui ont séduit l’infortuné entraîneur australien de Dewsbury Glenn Morrison, le moral vraiment en berne après la prestation des siens. « En ce moment, nous sommes en difficultés sur les plans sportifs et extra-sportifs. L’effectif est actuellement fragilisé par des blessures. Nous avons dû composer avec les difficultés d’un long voyage. Physiquement, les joueurs ont été éprouvés, ce qui n’est pas le meilleur moyen pour préparer un match face à Toulouse. Cette équipe m’a agréablement surpris. Offensivement, c’est une équipe qui est parfaitement au point. Des joueurs comme Kuni Minga, Mark Kheirallah, Rhys Curran sont des joueurs qui ont vraiment le niveau de la Super-League. Le score est lourd, mais il est très logique d’autant que Jonathon Ford ne jouait pas. Ce soir, Toulouse a joué comme un candidat aux quatre premières places. De notre côté, nous sommes à notre place. Nous allons tout faire pour éviter la relégation, on ne peut pas espérer autre chose. »

Objectig victoire à Bradford

Ce deuxième succès officiel, côté toulousain, il s’est construit dans le précédent revers de Sheffield.
« Nous avons été déçus de notre prestation à Sheffield. Il est vrai que les conditions climatiques n’ont pas favorisé le jeu que nous souhaitions mettre en place. Le temps n’est pas une excuse. Il est vrai que nous avons commis énormément de fautes, notamment au ras du tenu. Nous avons bien bossé toute la semaine afin de gommer toutes ses imperfections. Ce soir, le travail fait à l’entraînement s’est avéré positif. Cette victoire avec dix essais inscrits, elle nous forge un mental. Maintenant, il faut aller chercher une victoire à l’extérieur », résume le capitaine Sébastien Planas.
Dimanche, c’est à Bradford que vont s’exporter les Toulousains. La dernière fois qu’ils s’étaient produits au Grattan Stadium. Ils s’étaient inclinés (98-6) en seizième de finale de la Cup lors de la saison 2008. À l’époque, Bradford était une référence de la Super League. Neuf ans après, c’est un club plombé par des dettes, en souffrance sportive avec 12 points en moins au classement, à la recherche d’un second souffle. Quant à Toulouse, il a grandi sportivement et financièrement. Dimanche, le bras de fer sera plus équilibré qu’en 2008 d’autant que le maître à jouer Jonathon Ford va effectuer son retour au sein du groupe.

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir