[DOSSIER EQUIPE NATIONALE] Philippe Saint-André : « Tout va plus vite en Angleterre »

  • [DOSSIER EQUIPE NATIONALE] Philippe Saint-André : « Tout va plus vite en Angleterre »
    [DOSSIER EQUIPE NATIONALE] Philippe Saint-André : « Tout va plus vite en Angleterre »
Publié le

L'ancien sélectionneur du XV de France, Philippe Saint-André parle du niveau du championnat français et de ses répercussions sur l'équipe nationale.

Le Top 14 est-il une compétition appropriée pour préparer aux rencontres internationales ?

Notre championnat est âpre, difficile et très long. C’est un marathon. Il use physiquement et mentalement les joueurs. Il leur apprend à ne rien lâcher, notamment lors des matchs couperets ou pour des fins de rencontres avec des scores ultra-serrés. Maintenant, quand tu le confrontes au rythme d’un match international moyen, les standards du Top 14 sont largement en deçà. Je le clamais quand j’étais sélectionneur des Bleus, et je le remarque encore et toujours depuis que je commente pour SFR, la Premiership (championnat anglais, N.D.L.R.). Il y a, en moyenne, un essai de plus de marqué en Angleterre qu’en France par match. Tout va plus vite en Angleterre. Le temps de jeu effectif est plus élevé et pourtant, les équipes anglaises aussi sont confrontées aux problèmes des doublons journée de championnat-tests matchs. 

Qu’est-ce qui l’explique ?

La densité de notre Top 14, avec pas moins de huit équipes qui peuvent prétendre aux phases finales et l’absence de phases de développement des joueurs à l’intersaison. Demandez à Louis Picamoles ? On le trouve métamorphosé et il n’en est qu’à sa première saison en Angleterre. De l’autre côté du Channel, on a plus de temps pour se préparer et pour se régénérer.

 

À quel moment est-ce le plus préjudiciable pour le XV de France ?

Maintenant ! Au moment d’aborder la troisième journée du 6 Nations ! Ce troisième match, c’est l’enfer pour le sélectionneur des Bleus. C’est souvent une boucherie ! En 2014, on bat l’Angleterre et l’Italie lors des deux premières journées. Je demande que mes quinze titulaires soient protégés pour la journée de Top 14. onze seront titulaires en Top 14, et notamment les Toulonnais et Clermontois qui s’affrontent à Nice le dimanche. Je les retrouve comme des serpillières. Le lundi et mardi, ils ne font que des soins. Le mercredi on s’envole pour Cardiff et le vendredi on prend trente points face aux Gallois ! On avait préparé une rencontre qui pouvait nous faire basculer vers une course au grand chelem, comme une équipe de Fédérale 3. Et encore ! 

Êtes-vous inquiet pour le choc face à l’Irlande du week-end prochain ?

Un peu moins que lors de mon mandat. Guy Novès peut préparer cette rencontre convenablement et surtout comme les autres sélections. Avoir pu préserver vingt-quatre joueurs, les avoir sortis de leur routine en les amenant à Nice, tout en leur laissant l’esprit tourné vers le XV de France, est une très bonne chose. La branlée (sic) subie face aux Blacks ne sera pas restée lettre morte. Il fallait changer les choses, rééquilibrer le rapport de force en faveur de l’équipe de France face au Top 14. J’ai l’espoir que le XV de France fasse un grand match en Irlande. En tout cas, les Français ne vont pas débarquer à Dublin lessivés.

Pierre-Laurent Gou
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?